Quand Chevy rime avec city…

Quand Chevy rime avec city…

Au sein du groupe GM, le constructeur Chevrolet compte plusieurs divisions dont celle GM DAT (General Motors Daewoo Auto & Technology), créée lors du rachat de Daewoo par le géant américain il y a près de 2 ans. C’est ce qui explique la présence d’une partie de cette gamme (l’Aveo) chez Inter Motors, l’importateur marocain d’Opel. Celui-ci a commencé par proposer l’Aveo dans sa version à trois volumes, puis de la cinq-portes.
Une citadine qui n’a rien à envier à ses rivales, si ce n’est qu’elle devra encore attendre pour s’animer d’un Diesel. Cela ne l’empêche pas pour autant de faire valoir ses arguments en motorisation essence, d’autant plus qu’avant même de passer à son volant, l’auto séduit d’emblée par un design réussi et bien dans l’air du temps.
Et si l’Aveo affiche une beauté latine, c’est par ce qu’on la doit aux coups de crayon du grand designer Giorgetto Giugiaro. Ses blocs optiques étendues jusqu’aux ailes et soulignés par une bande de clignotant, lui confèrent un regard sobre et adouci. Avec son hayon mordant sur le bouclier et ses feux géométriquement assez complexes, la poupe apparaît un tantinet plus originale. Le profil, lui, démontre quelques jolis coups de crayon du carrossier italien à travers deux nervures bien policées au niveau des portières.
La forte inclinaison de la ceinture de caisse ou encore la troisième vitre latérale traitée dans la même forme que les feux arrière contribuent à leur tour au dynamisme esthétique de l’auto. Côté dimensions, l’Aveo s’étire sur 3,88 m de long et frôle les 1,50 de hauteur. A n’en pas douter, il y a de l’espace à bord ! Certes, le coffre est plutôt limité (à l’instar des autres élèves de la classe), mais le rabattement d’un seul tenant du dossier de la banquette augmente considérablement son volume (735 litres). Et même si ce dossier ne reçoit que deux appui-tête intégrés, trois passagers trouveront leur aise, qu’il s’agisse d’espace aux jambes ou de hauteur sous pavillon. Le moelleux de l’assise contraste avec les plastiques durs qui garnissent les contre-portes et la planche de bord, mais la qualité de finition reste convenable pour un véhicule de ce niveau.
Les rangements sont assez présents: des vides-poche dans les portes, une aumônière au dos du siège passager, ou encore deux portes-gobelets et un bac au niveau de la console centrale.
Dans une ambiance intérieure égayée par quelques rondeurs et des tons clairs, le conducteur (ou la conductrice) a droit au réglage en hauteur du volant, mais pas à celui de son siège. Autre grief, la condamnation centralisée des portières est dépourvue de commande à distance. Voilà pour les critiques à ce stade.
En revanche, l’équipement de l’unique finition disponible (la LS) semble très correct : airbag conducteur, climatisation, direction assistée, lève-vitres avant électriques, autoradio cassette à quatre haut-parleurs…Mais l’Aveo, s’apprécie sur un tout autre registre : celui de la maniabilité en ville. Avec ses roues aux quatre coins et son encombrement réduit, la plus petite des «Chevy» se faufile aisément dans les carrefours casablancais. Grâce à la direction assistée, les créneaux de stationnement se font en deux temps trois mouvements.
Servie par le 1,2 l de 72 ch, cette Américano-coréenne ne joue pas aux prétentieuses question performances routières, et ce n’est d’ailleurs pas la vocation d’une citadine. Bien évidement, l’Aveo est capable de voyager sans encombre d’une ville à l’autre, mais son petit moteur, accouplé à une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports, se distingue surtout par son onctuosité, sa souplesse et son appétit modéré pour le «fuel». Sans être un exemple de confort et de précision, le comportement routier est plutôt sain et l’auto filtre par ailleurs bien les inégalités de la chaussée. Bien qu’elle ne dispose pas d’ABS, cette citadine sait s’arrêter à temps, sans trop allonger ses distances de freinage.
Rassurant ! Tout comme sa garantie de deux ans, ou encore ses quatre étoiles obtenus aux crash-tests EuroNCAP et témoignant d’une bonne résistance en cas de choc. Mais loin d’une quelconque funeste hypothèse, l’Aveo est actuellement en train de réussir son pari. C’est ce que nous a précisé le directeur des ventes chez Inter Motors, M. Mokhtar Boulaarach, au demeurant satisfait d’en avoir écoulé une quarantaine en moins d’un trimestre… et ce n’est qu’un début.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *