Rallye Maroc Classic: L’étape d’Ifrane bouclée

Rallye Maroc Classic: L’étape d’Ifrane bouclée

C’est chose faite. Le coup de départ de la 23ème édition du Maroc Classic, la Route du cœur, a été donné le 12 mars dernier et s’achèvera le 19 mars.

Comme chaque année, le peloton de course empruntera un itinéraire mariant les étapes. Outre les habituels départs de Casablanca et arrivées à Marrakech, les coureurs ont séjourné 2 nuits dans la ville d’Ifrane, avant de prendre la direction du grand Sud marocain. Ils ont pénétré au plus profond des forêts de cèdres «Gouraud» du Moyen-Atlas, avant de se mesurer au chronomètre sur le circuit tracé autour du Lac Dayat Aoua. Cet itinéraire s’est déroulé dans un décor exceptionneldu Moyen Atlas: des routes sinueuses bordées de neige à l’ombre des immenses forêts de conifères, et ce malgré un franc soleil !

Pour cette première étape, les 35 équipages se sont élancés en direction d’Ifrane à l’attaque des 394 km de route à parcourir. Dès le milieu de matinée, le rallye avait pris un rythme particulièrement sportif avec, coup sur coup, les 2 premières épreuves de régularité sur une route encore jamais empruntée par le rallye, au pied du plateau du «Khatouat». Pas de bivouac cette année, mais la caravane se posera à Erfoud, véritable «oasis» servant de camp de base à toutes les expéditions vers les dunes de Merzouga.

Elle obliquera ensuite plein ouest via les Gorges du Todra, avant d’atteindre l’océan Atltantique à Agadir après une étape à Ouarzazate. Cette route sera le juge de paix de cette 23ème édition et laissera le soin aux concurrents d’exprimer leurs talents dans le respect des moyennes imposées. Cette étape prendra très certainement un air de revanche pour ceux qui n’avaient pas réussi à en prendre la mesure lors de son introduction au parcours en 2015. Après une nuit à Agadir, direction Marrakech, la ville d’arrivée.

Durant ce périple, le Haut-Altas sera franchi par le col du Tizi-N-Test récemment «re-surfacé». Ce très célèbre itinéraire, taillé à flanc de rochers dans les années 30, et culminant à 2.100m d’altitude, offrira aux coureurs des vues spectaculaires sur la plaine du Souss et les sommets de l’Atlas au détour de ses nombreuses épingles à cheveux avant que la ville ocre et ses magnifiques établissements ne les accueille pour les traditionnelles festivités de fin de parcours.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *