Record: Renault renfloue ses caisses

Record: Renault renfloue ses caisses

Renault a atteint des records de chiffre d’affaires et de marge opérationnelle en 2016 grâce notamment à l’impact de ses nouveaux modèles sur ses volumes et ses prix, dépassant les objectifs du plan stratégique qui s’achève.

Avec 3,18 millions de véhicules immatriculés, Renault a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 51,243 milliards d’euros (+13,1%), supérieur à l’objectif de 50 milliards qu’il s’était fixé à l’horizon 2017.

La marge opérationnelle du groupe a atteint 6,4%, alors qu’il visait plus de 5%.

«Les objectifs du plan «Drive the change», lancé en 2011, ont été dépassés tant sur le plan de la croissance que sur le plan des profits, avec un an d’avance», a déclaré le PDG Carlos Ghosn au cours d’une conférence avec les analystes. Les résultats 2016 dépassent aussi un consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters, selon lequel les analystes anticipaient un chiffre d’affaires de 50,8 milliards d’euros et un bénéfice net part du groupe de 3,38 milliards qui est en fait ressorti à 3,42 milliards d’euros, en progression de 21,1%.

«Les résultats sont meilleurs que prévu mais la clé aujourd’hui, c’est le plan à moyen terme où les anticipations s’inscrivent bien au-delà du consensus et qui redonnera de l’intérêt pour l’action», commente Exane BNP Paribas dans une note.

Le broker souligne que les 184 millions d’euros de réductions de coûts variables réussies en 2016 sont en revanche inférieurs à un objectif de 350 millions d’euros.

Renault avait prévenu que la décision d’augmenter ses dépenses de R&D dans de nouvelles technologies et les futurs produits pourrait compromettre cet objectif.

Le groupe présentera en octobre un nouveau plan stratégique en coordination avec ses partenaires de l’alliance, Nissan mais aussi maintenant Mitsubishi, accompagné d’objectifs à nouveau ambitieux : un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros, soit une croissance de 40% en six ans, et une marge opérationnelle minimale de 7% à la fin du plan.

Malgré un impact probablement négatif cette année des matières premières, le constructeur table également sur une poursuite de l’amélioration de son chiffre d’affaires et de sa marge opérationnelle en 2017, année de transition entre les deux plans.

Avec «Drive the change», Renault tourne une page importante dans son redressement. En 2010, son chiffre d’affaires était seulement de 39 milliards d’euros et sa marge opérationnelle de 1,8%. La période aura été marquée par une refonte complète de la gamme, l’ouverture de nouveaux marchés comme l’Inde ou la Chine et par deux accords de compétitivité en France.

Le prochain plan, conçu cette fois en totale coordination avec les partenaires de l’alliance, dont Renault attend de nouvelles synergies, devrait être porté notamment par un retour à la croissance de marchés historiques comme la Russie et le Brésil, en voie de stabilisation cette année.

«Nous avons atteint ces très bons résultats malgré le fait qu’un certain nombre de pays qui comptent beaucoup pour nous, et qui étaient forts dans le passé, sont encore à des niveaux plus bas.

Nous pensons donc qu’il y a beaucoup de potentiel pour l’avenir pour continuer à croître», a déclaré Clotilde Delbos, directrice financière de Renaul.

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *