Renault Koleos : Un pur fruit de l’Alliance

Renault Koleos : Un pur fruit de l’Alliance

S’il y a bien un véhicule qui incarne pleinement la synergie entre les différentes marques de l’Alliance Renault-Nissan, c’est bien le Koleos qui le fait et de la façon la plus remarquable. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce nouveau 4×4 urbain, le premier de Renault –si l’on exclu le RX4 dérivé de l’ancien Scénic– a été dessiné et imaginé au Technocentre de Renault (Paris), développé jusque dans ses entrailles par Nissan au Japon et fabriqué par Renault Samsung Motors (RSM) dans son usine-mère à Busan en Corée du Sud.
Une trilogie qui vient confirmer la dimension internationale du losange et que l’on retrouve dans l’esprit même du Koleos, puisque ce dernier est un «crossover». Par cet anglicisme, on désigne un véhicule multi-segments, né d’un croisement entre une berline, un monospace et un SUV. Un mélange de genres qui se vérifie d’abord extérieurement. Le Koleos arbore en effet une ligne et un profil très civilisés à l’image d’un monospace compact surélevé. D’ailleurs et avec ses 4,52 mètres de longueur, il ne dépasse un Scénic que de 3 centimètres. Question design, le SUV de Renault est plutôt réussi. Si bien qu’on peut lui faire pleinement confiance –à lui comme au coupé Laguna– pour jouer un rôle de «réconciliateur» avec le langage stylistique du losange. Pourtant, sa face avant reprend en toute conformité le thème du logo encadré par les deux entrées d’air de la calandre. En revanche, la partie arrière déborde d’originalité avec son hayon incliné et ses blocs de feux savamment ondulés. Sous cet angle, le Koleos a bien une qualité louable : celle de ne copier aucun autre véhicule.
On pourrait en dire autant pour ce qui est de la présentation intérieure, même si le Koleos reprend à son actif toutes les recettes qui ont fait le succès du Scénic parmi les monospaces compacts. Résultat, le crossover de Renault offre une modularité poussée et une flopée d’espaces de rangements. On y (re)trouve ainsi les bacs de rangement situés au plancher arrière, une boîte à gants réfrigérée de 15 litres, un accoudoir creux, des vides poches sur les contre-portes… Au total, ce sont 70 litres de rangement disponibles, dont 28 sous le plancher compartimenté du coffre. On signalera au passage que ce dernier affiche une capacité de 450 litres et cela, indépendamment de l’inclinaison des dossiers des places arrière. C’est d’ailleurs l’un des aspects appréciables aux places arrière qui, avouons-le, offrent un espace aux jambes correct sans plus. Du reste, on ne saurait passer sous silence le dessin assez recherché de la planche de bord. Mais l’impression de qualité n’est pas que visuelle, elle est aussi palpable à travers les matériaux utilisés et la rigueur des différents assemblages. Le Koleos est à l’image de la Laguna : un symbole la qualité retrouvée.
Mais c’est surtout par son comportement dynamique que le Koleos nous a conquis, comme la plupart des 1.200 autres journalistes de la presse mondiale conviés à Fès et ses environs pour ses premiers essais-presse. Confortable sur mauvais revêtement, très bien suspendu sur les virages asphaltés, le véhicule a fait preuve d’une tenue de route difficile à critiquer. Confortable, le Koleos l’est aussi et surtout par son silence à bord qui a été particulièrement soigné par différents éléments (pare-brise acoustique, berceau moteur filtré, isolants sonores…). Et quand vient le moment de quitter l’asphalte, le Koleos devient tout simplement bluffant ! Normal, puisqu’il reprend la même base technique de son cousin de chez Nissan, le nouveau X-Trail, y compris la transmission intégrale gérée par le système «All-Mode 4×4-i». Traction en temps normal, le Koleos peut aussi passer manuellement du mode 4×2 à celui de 4×4. Pour mieux évoluer en milieu off-road, il dispose d’un contrôle de vitesse en descente (HDC) et d’une aide de démarrage en pente, ainsi que de diverses fonctionnalités (boussole, inclinomètre, angle de devers, direction des roues avant…) dédiées à la pratique du tout-terrain qui s’affichent sur l’écran de la console centrale. Quant à la gamme moteurs, elle s’articule autour de trois blocs : le 2.5 l essence de 170 chevaux et le 2.0 dCi dans ses deux versions de puissance 150 et 175 ch.
Commercialisé en Europe dès le mois prochain, le Koleos ne le sera au Maroc qu’au courant du dernier trimestre 2008. Son faible encombrement, sa polyvalence et facilité d’utilisation ou encore son intérieur confortable et de qualité le distingueront des autres SUV. Et lorsqu’on connaît l’aspect très compétitif de l’outil industriel coréen, on peut d’ores et déjà espérer que le Koleos sera également attractif par son prix dans le réseau de Renault Maroc. La concurrence japonaise n’a qu’a bien se tenir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *