Renault : La saga continue

Renault : La saga continue

Millionième véhicule produit à l’usine de Tanger

Première usine du groupe conçue zéro émission de CO2 et zéro rejet d’effluent industriel, l’usine de Tanger reste encore aujourd’hui un modèle dans l’industrie automobile

En un peu plus de cinq ans, l’usine Renault Nissan de Tanger a franchi le cap du million d’exemplaires fabriqués. Une prouesse à marquer d’une pierre blanche pour l’industrie automobile nationale. Et cela est d’autant plus vrai puisque le Maroc s’érige en une réelle locomotive de développement régionale en Afrique.

Ladite usine inaugurée par SM le Roi Mohammed VI le 9 février 2012 traduit un accomplissement des progrès réalisés dans l’industrie automobile. Cet événement mémorable a été dignement célébré lundi en présence du ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy ainsi que du secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik.

«La réussite de Renault constitue une succes story que nous essayons de multiplier dans d’autres secteurs», a souligné M. Elalamay, ajoutant qu’il s’agit d’une véritable locomotive pour l’ensemble des filières de l’automobile au Maroc. Dans ce même contexte, M. Elalamy a souligné que l’écosystème Renault, en cours de déploiement, est porteur de développement et de performance pour l’industrie automobile marocaine, faisant état de 868 millions d’euros d’investissement à réaliser et de 50.000 nouveaux emplois directs à créer, mais aussi de 1,5 milliard d’euros par an d’achats de pièces usinées au Maroc à l’horizon 2023, de 2 milliards d’euros à terme et de 65% d’intégration locale.

Lors de cet événement, la presse nationale et internationale a eu droit à la visite de l’usine. Une immersion totale dans un domaine en forte croissance qui nous a permis de découvrir les principaux ateliers de l’emboutissage, tôlerie, montage, etc.

La visite a permis de constater à quel point l’implication de tout un chacun, de l’opérateur au directeur, est primordiale pour atteindre les objectifs d’excellence fixés. Le concours d’un faisceau d’éléments humains (plus de 8.000 salariés dont 13% composés de femmes) et techniques ainsi que le renforcement de l’infrastructure, épine dorsale du secteur des transports, ont permis donc d’obtenir des résultats surprenants. Le Groupe Renault parvient à produire son millionième véhicule. Il s’agit d’un Dacia Lodgy 5 places, de couleur bleu azurite, équipé d’un moteur diesel, destiné à un client en Turquie. Au total, ce sont 474.840 Sandero, 320.078 Dokker et 193.181 Lodgy qui ont été fabriqués depuis le lancement de l’usine de Tanger en 2012.

En plus de couvrir le marché marocain, les modèles fabriqués à l’usine de Tanger sont exportés vers plus de 73 destinations. L’inauguration de la première ligne de production de l’usine tangéroise en février 2012 et l’ouverture de la deuxième ligne en 2013, ont marqué un tournant dans le secteur automobile et au Maroc : la plus grande usine automobile au sud de la Méditerranée était née.

Aujourd’hui, l’usine produit entre 305.000 et 310.000 véhicules. Elle tourne 6 jours sur 7. Et comme on se rassasie rarement chez Renault, l’ambition est de porter cette production à 340.000 véhicules. Véritable moteur économique au Maroc, l’usine Renault-Nissan de Tanger soutient le développement de la marque Dacia en exportant la majorité de sa production. 1 Dacia sur 2 est produit au Maroc au sein des usines de Tanger et de la Somaca à Casablanca.

Dans ce sens, Marc Nassif, directeur général du Groupe Renault Maroc, a relevé que le Maroc joue aujourd’hui un rôle clé dans le système industriel mondial du Groupe Renault, ajoutant que les véhicules «made in Morocco» représentent plus de 10% des véhicules vendus par le groupe dans le monde.

D’après le patron de Renault Maroc, le développement de l’industrie automobile au Maroc est rendu possible grâce à la forte volonté du Royaume, par le biais du Plan d’accélération industrielle porté par le ministère de tutelle, ainsi que des infrastructures à la hauteur de ses ambitions (Tanger Free Zone, Tanger Automotive City et le Port Tanger Méditerranée) qui font de la Région un pôle à la pointe, et qui permettent de faire du Maroc une plateforme régionale de premier choix pour l’industrie automobile. Pour sa part, le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, a salué la réalisation de cette belle performance qui est le fruit des efforts de l’ensemble du personnel de l’usine (direction, managers, cadres et ouvriers).

Il a également mis l’accent sur la signature de la convention collective pour l’usine de Tanger, rendant hommage à l’esprit de partenariat, de dialogue et de concertation existant au sein de la direction de l’usine.

Une conception «zéro émission de CO2» fondée sur deux piliers :

• Plus de 90% des besoins issus d’énergies renouvelables, notamment grâce à une chaufferie biomasse innovante (plus de 100.000 tonnes de CO2 évitées par an)

• L’efficience énergétique pour maîtriser les consommations : une économie d’énergie de 45%*

au département peinture

Une absence de rejet d’effluent industriel reposant sur :

• Le recyclage à 100% des eaux usées industrielles : une véritable station d’épuration en boucle fermée économise environ 900 m3 par jour.

• La maîtrise de la consommation d’eau industrielle, grâce à l’optimisation de différents process : une économie d’environ 70% par rapport à une usine classique de capacité équivalente.

*Par rapport à la moyenne des usines du Groupe Renault

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *