Renault Laguna III : Au sommet de la qualité

Renault Laguna III : Au sommet de la qualité

Dénoncée, critiquée, chahutée… la qualité en chute libre de la familiale de Renault a fini par exacerber Carlos Ghosn, le patron du Losange. Et quand M. Ghosn tape (fort) du poing sur la table, c’est tout Renault qui s’exécute, s’applique et s’attèle à développer une berline qui doit répondre à l’un des engagements majeurs du plan «Renault Contrat 2009» : être classée dans le top 3 de son segment en matière de qualité. C’est ainsi qu’est née la Laguna, troisième du nom.
Révélée lundi matin, en avant-première mondiale sur le site média de Renault, la future Laguna sera l’une des familiales les plus en vue dans les mois qui viennent et l’une des attractions majeures du prochain Salon de Francfort (septembre 2007). En attendant, seul le communiqué de presse diffusé (au même titre que les premières photos d’ailleurs) par le constructeur français permet de s’en faire une idée.
La ligne extérieure tout d’abord. Un look que Renault qualifie de «style dicté par la recherche d’une ligne dynamique, fluide et élégante». On ne le contestera point d’autant plus que cette Laguna est à la fois plus racée que celle qu’elle remplacera, mais aussi bien plus consensuelle qu’une Vel Satis. Avec une longueur totale de 4,69 mètres et quelques détails comme l’entourage chromé des vitres latérales, cette berline se veut statutaire et raffinée. Mais au-delà de son design, la Laguna devrait attirer le commun des mortels, par sa qualité perçue (à l’œil nu) autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. «L’habitacle de la nouvelle Laguna est en cohérence avec l’extérieur. Finition, aspect des matériaux et qualité perçue y sont dominants…» peut-on lire dans ledit communiqué. Une cellule habitable qui a profité d’une isolation renforcée avec le compartiment moteur. Objectif : offrir aux occupants une réelle avancée en matière d’insonorisation et de confort acoustique.
Quant au poste de conduite, tous ses boutons et ses affichages ont été conçus et positionnés au bénéfice d’une ergonomie optimale pour le conducteur et donc une facilité d’usage au quotidien. Mécaniquement, Renault annonce que la «nouvelle Laguna dispose d’une large gamme de motorisations toutes couplées à des boîtes de vitesse à 6 rapports…». Au lancement, deux blocs seront disponibles, mais déclinés en plusieurs configurations de puissance. En essence, le 2.0 litres de 145 chevaux se doublera de sa version turbocompressée de 170 ch. En Diesel, le 1.5 dCi de 110 ch assurera le ticket d’accès, tandis que le 2.0 l dCi sera proposé en trois puissances : 130, 150 et 175 ch. Encore plus spectaculaire -à lire en tout cas-, il est dit que «le châssis de la nouvelle Laguna sera apprécié pour la précision de sa direction et sa capacité de virage à plat». De plus, pour s’assurer de sa fiabilité et de sa longévité, la Laguna a eu droit à des tests d’endurance des plus drastiques. «Plus de 120 nouvelles Laguna ont parcouru l’équivalent de 6 millions de kilomètres sous tous les climats et sur les parcours routiers les plus exigeants» révèle Renault.
La sécurité ne sera pas en reste, Renault étant l’un des constructeur les plus étoilés au monde auprès de l’organisme indépendant Euro NCAP. Bref, la Laguna III est bel et bien née sous le signe de la qualité. Son objectif sera assurément de détrôner les deux références européennes de la catégorie : la Peugeot 407 et la Volkswagen Passat. Et cette fois, la Laguna en aura les moyens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *