Renault Laguna III : La plus sérieuse des françaises

Renault Laguna III : La plus sérieuse des françaises

Au Maroc plus qu’en Europe, la berline familiale coule encore une vie tranquille sans être (trop) inquiétée par les 4×4 et autre SUV. Il n’y a qu’à voir les bons résultats réalisés par la Volkswagen Passat et la Peugeot 407. Deux modèles qui font à eux seuls près des deux tiers du segment (M2) et entrent ainsi dans la ligne de mire de la nouvelle Renault Laguna.
C’est entre autres ce qui a été déclaré lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion du lancement au Maroc de cette troisième génération de Laguna. A l’ouverture de cette rencontre, Philipe Cornet, Pdg de Renault Maroc, est succinct, mais explicite. «Nous misons beaucoup sur la Laguna III, sa qualité de fabrication, sa sécurité et son plaisir de conduite», déclare-t-il. Les mots sont lachés. Mais ils ne sont pas à classer dans le bla-bla marketing, puisqu’ils découlent vraiment du cahier des charges imposé par Carlos Ghosn lui-même. Le patron de Renault avait en effet insisté : «la Laguna III sera dans le top 3 de son segment en matière de qualité produit et services».
D’ailleurs, d’un point de vue analytique, on constate que cette troisième génération ne lance aucune grande innovation technologique comme l’avait fait sa devancière en son temps (carte d’accès et de démarrage, capteurs de pression des pneus…). Objectif de cette non-aventure sur les terrains hasardeux de la technologie : offrir une fiabilité implacable.
Par ailleurs et dans le même esprit d’offrir un comportement routier exempt de toute critique, les ingénieurs du losange ont travaillé dur pour respecter une autre exigence du cahier des charges : augmenter l’agilité, la précision et le dynamisme de conduite.
Tout cela pour dire qu’un design strictement séducteur n’a pas été une priorité dans le développement et la conception de cette nouvelle familiale.
Pour autant, la Laguna III est loin d’être «ratée» esthétiquement. Avec sa nouvelle face avant, elle n’a plus rien à voir avec celle qu’elle remplace. Un regard aiguisé et agressif du fait de sa large prise d’air au bouclier. De profil, le dessin de son vitrage trahit en revanche sa forte inspiration du modèle précédent, bien qu’ici la ceinture de caisse est plus haute et les flancs traversés par deux nervures. La partie arrière est, elle, plus discutable que tout le reste. Haute et épaisse, elle se contente d’une double rangée de feux pour «casser» son aspect visuellement massif. Fort heureusement, son éclairage à diodes électroluminescentes apporte au véhicule une jolie signature lumineuse en conduite nocturne.
Bref, la Laguna III n’est pas moche. Elle est juste «consensuelle», comme le souhaite la clientèle du segment haut de gamme. Car, bien qu’elle n’ait toujours qu’un modeste statut de familiale, elle est bien montée en gamme. C’est le premier constat qui vient à l’esprit lorsqu’on s’installe à son bord. L’impression de qualité n’est pas simplement perceptible : elle est flagrante ! Pour expliquer la progression de la qualité perçue, il faut à juste titre parler non seulement des matériaux employés et que l’on apprécie au toucher, mais aussi et surtout de la finition des différents éléments (de la console centrale) et de la rigueur des accostages. Et avec 9,5 cm gagné en longueur totale (4,69 m), la Laguna III progresse en habitabilité arrière et gagne un peu en volume de chargement puisque son coffre cube 450 dm3 contre 430 pour l’ancienne Laguna. Toujours dans l’habitacle, la planche de bord a été dessinée avec goût, tandis que l’ergonomie des différentes commandes et fonctionnalités a été bien pensée.
Et c’est donc à travers sa beauté intérieure que cette française est la plus séduisante. Et justement, le comportement dynamique de cette voiture est l’autre registre où elle excelle. C’est même sur la route qu’elle surprend encore plus. Un aller-retour entre Casablanca et Rabat a permis de (re)découvrir (ALM avait déjà essayé la Laguna III en 2007 sur des routes autrichiennes) tout l’agrément de conduite de cette voiture. Rigueur des suspensions, précision de la direction, insonorisation remarquable, agilité du train avant, confort de roulement… le comportement routier de la Laguna III est bluffant. Et à ce niveau là, on peut dire que cette Renault est vraiment une voiture à vivre et à conduire. Au Maroc, la gamme Laguna III est disponible en quatre motorisations et trois configurations d’équipement.
En essence, le 2.0 litres de 140 chevaux est épaulé par un autre bloc de même cylindrée mais issu d’un partenariat avec Nissan : il s’agit du 2.0 l Turbo qui développe 170 ch et qui est strictement associé à une boîte de vitesse automatique (BVA). La gamme Diesel est composée du 1.5 l dCi de 110 ch et du 2.0 l dCi de 150 ch. Le premier joue la carte de la souplesse d’utilisation (240 Nm de couple) et de l’économie à la pompe (4,9 l/100 km en consommation moyenne), tandis que le second met l’accent sur les performances (210 km/h en vitesse maxi) tout en recevant la même transmission que le 1.5 dCi, la boîte manuelle à 6 rapports. Question équipement, la Laguna importée reprend les trois ambiances dont elle dispose en France : Expression, Dynamique et Privilège.
La première dispose de l’ABS avec répartiteur (AFU), de 8 airbags (frontaux, latéraux et rideaux), de la climatisation manuelle et de l’autoradio CD (relié à 8 HP et commandé au volant). Le deuxième niveau ajoute notamment le régulateur de vitesse, la climatisation automatique bizone, un rideau pare-soleil pour la lunette arrière, les rétroviseurs électriquement rabattables, des miroirs de courtoisie éclairés et des jantes en aluminium de 16 pouces. Quant à la finition la plus chic (Privilège), elle reçoit un frein de parking automatique, un radar de stationnement, la carte d’accès et de démarrage avec fonction «Mains-libres», le rétroviseur intérieur électrochrome, un changeur 6 CD (avec décodeur MP3), ainsi qu’une sellerie en velours et cuir. En option, il est possible de personnaliser une Laguna Privilège en y ajoutant le toit ouvrant, une caméra de recul, un module Bluetooth pour téléphone, des phares bi-xénon directionnels ou encore des sièges en cuir intégral, chauffants et avec réglages électriques à l’avant.
Commercialisée par Renault Maroc et son réseau depuis le 15 mars , la Laguna III est accessible à partir de 246.500 DH et jusqu’à environ 330.000 DH (voir encadré).
Des prix compétitifs qui la placent en concurrence directe avec sa rivale éternelle de chez Peugeot, plus aguicheuse esthétiquement et reine du segment en 2007. Mais la Laguna III, elle, avance non seulement son effet nouveauté, mais aussi sa qualité de fabrication très proche des standards allemands. Puis surtout, elle assure un réel plaisir de conduite et rassure par sa fiabilité, certifiée et prouvée par une garantie de trois ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *