Renault maintient ses objectifs pour l’année 2008

Renault maintient ses objectifs pour l’année 2008

Confronté à un durcissement manifeste des marchés automobiles mondiaux, le constructeur entend réduire ses frais de structure de 10% et s’apprête à engager un plan de départs volontaires à la rentrée susceptible de se traduire par plusieurs milliers de suppressions d’emplois «essentiellement en Europe». Carlos Ghosn, P-DG de Renault, a toutefois refusé de confirmer le chiffre de 5.000 suppressions repris par la presse et de 6.000 estimé avancé par la CGT. Le directeur financier, Thierry Moulonguet, a pour sa part affirmé qu’une estimation de 5.000 départs était raisonnable bien que Renault doive d’abord mener des négociations avec les partenaires sociaux. Des décisions concrètes ont cependant déjà été prises en la matière. Une des deux équipes, forte de 1.000 collaborateurs, de l’usine de Sandouville (Seine-Maritime), dédiée à la fabrication de la Laguna, sera supprimée dans les prochains mois.
Pénalisée par la désaffection de nombreux consommateurs pour les grandes cylindrées et par la mise en place France en début d’année d’un nouveau système de bonus-malus qui favorise les voitures les plus économes en carburant, la Laguna se vend difficilement. La production de Sandouville avait déjà été revue en baisse.
«Nous projetons effectivement de réorganiser l’outil de production à Sandouville compte tenu de la baisse du segment de marché des berlines. La performance de la Laguna est certes en nette amélioration mais pas au niveau que nous avions prévu», a expliqué Carlos Ghosn. «Nous avons également la possibilité de procéder, ailleurs, à des réductions supplémentaires de production au cas où les marchés allemand et français continueraient à se détériorer». L’Usine de Flins (Yvelines) serait alors l’une des premières concernées.
Thierry Moulonguet a précisé que le plan permettrait de dégager 350 millions d’économies en 2009 et 500 millions l’année suivante. Sur les six premiers mois de 2008, Renault a dégagé une marge opérationnelle de 865 millions d’euros et un résultat net de 1,46 milliard d’euros pour un chiffre d’affaires de 20,94 milliards. La marge d’exploitation s’inscrit à 4,1%.
Les neuf analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un résultat net de 1,28 milliard d’euros, sur une marge opérationnelle de 824 millions et un chiffre d’affaires de 20,63 milliards.
La hausse du prix des matières premières, et notamment de l’acier, a eu un impact négatif de 76 millions d’euros. Le constructeur ne dispose d’aucune couverture sur le risque change et le risque matières.
Les grandes ambitions du plan «Contrat 2009», lancé peu de temps après l’arrivée à la présidence du groupe de Carlos Ghosn en 2005, sont maintenues, à l’exception de l’objectif de ventes en volumes. L’an prochain, Renault prévoit de vendre plus de trois millions de véhicules alors qu’il espérait franchir le seuil de 3,3 millions auparavant. L’entreprise recevra néanmoins le soutien des ventes de la marque Lada, propriété du groupe russe AvtoVaz dont Renault a acquis une participation de 25% fin février. En tenant compte de ses performances attendues, le constructeur devrait parvenir à écouler 3,8 millions de véhicules au cours de l’exercice 2009.
«Renault Contrat 2009» fixe, à cette échéance, une marge opérationnelle de 6%, le classement de la Laguna dans le trio de tête de sa catégorie en qualité, et le lancement de 26 nouveaux modèles.
Peugeot Citroën, Volkswagen et Fiat ont également communiqué des semestriels supérieurs aux estimations des analystes mercredi. Renault a certes confirmé ses objectifs de marge mais Carlos Ghosn a reconnu qu’ils étaient de plus en plus difficiles à atteindre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *