Renault Maroc : leader et fier de l’être

Renault Maroc : leader et fier de l’être

La filiale marocaine de Renault est leader des ventes de voitures neuves de tourisme et elle le fait savoir. Au cours d’une conférence de presse, tenue la semaine dernière dans l’un des grands hôtels de Casablanca, Renault Maroc a présenté en détail ses performances commerciales de 2009. Avant de donner successivement la parole à ses chefs de file, Patrice Ratti, P-dg de Renault Maroc a d’abord rappelé le contexte difficile par lequel sa filiale est passée. «2009 a été une année de crise mondiale, l’année de tous les dangers (…), mais Renault a su traverser la crise et Renault Maroc a bien contribué à l’objectif de réduire l’endettement du groupe et l’aider financièrement», a déclaré en substance M. Ratti. En cumulant les ventes de ses deux marques, Renault et Dacia, la filiale marocaine du losange a vendu plus de 37.000 véhicules particuliers et de tourisme (19.000 Renault et 18.106 Dacia) en 2009, soit 33,8% du marché automobile marocain toutes marques et classifications confondues. «33,8% en parts de marché, c’est bien plus que nos prévisions», a avoué le P-dg de Renault Maroc, avant de poursuivre en mettant l’accent sur un autre registre dans lequel le losange est monté d’un cran aux yeux des clients. «Nous avons aussi progressé en qualité et services», a-t-il dit. Ce que n’a pas démenti le directeur de la division «qualité et services», Bruno Veyssade en affirmant : «les actions que nous avons mises en place nous ont permis d’obtenir 93,5% de clients satisfaits de la qualité du service en vente et en après-vente». Mais auparavant, c’est Frédéric Posez, le directeur marketing de Renault Maroc qui avait pris la parole et même assuré le gros de la présentation. «Plus d’une voiture sur trois vendues au Maroc est une Renault ou Dacia», a déclaré M. Posez, rappelant que les ventes de Renault Maroc ont enregistré une progression annuelle de 5,8%, alors que le marché s’est inscrit en baisse à -10%. Autre croissance, encore plus spectaculaire, celle d’environ 300% enregistrée par Renault Maroc dans un segment M1 (compactes) en fort repli à -25%. En fait, cette croissance s’explique par le lancement réussi de la nouvelle Mégane qui a dépassé les 1.270 ventes (berline et coupé), alors qu’elle n’est entrée en scène qu’à partir de mai 2009. Cela étant et contrairement à bien d’autres importateurs marocains, «Renault Maroc a progressé grâce à toute sa gamme», dixit M. Posez qui a tenu à rappeler et expliquer aux journalistes les principaux axes de sa stratégie. «Renault Maroc a procédé à 10 lancements publicisés en 2009». Lorsqu’on fait le compte, celui-ci est bon : le Koleos diesel (mars), le coupé Laguna (avril), la Mégane berline et coupé (mai), la Clio III restylée (juillet), le Scénic et Grand Scénic (octobre) et la gamme utilitaire transformée, pour ce qui est de Renault, puis la Logan MCV phase 2, la Sandero et la Logan Pick-up du côté de Dacia. Question budget publicitaire, Renault (hors Dacia) est passé premier annonceur du secteur automobile au Maroc ! Grâce à son département marketing et communication, Renault Maroc a entrepris un travail de fond en termes d’image et de perception auprès des clients. Journées portes ouvertes, mise en ligne de sites Web (Renault.ma et Dacia.ma), renfort des «essais client», habillages des showrooms, multiplication d’offres promotionnelles très alléchantes (Koleos essence)…, les modèles de Renault sont à la fois plus visibles et plus désirables aux yeux des Marocains. Quant aux perspectives de croissance de 2010, elles s’annoncent tout aussi bonnes. Après la Fluence qui vient d’être lancée il y a une semaine, ce sera autour de quelques autres nouveautés de Renault, dont une grande berline haut de gamme basée sur la plate-forme de la Renault Samsung SM5. Du côté de Dacia, le 4×4 Duster permettra assurément à cette marque de passer numéro 1 devant Renault qui truste ce leadership depuis 2004. Renault Maroc qui entend bien coiffer un ou deux podiums en 2010. À commencer par celui des citadines. «Renault Symbol doit passer devant la Ford Fiesta», a déclaré M. Posez qui sait que ces deux modèles n’appartiennent pas au même segment. Également présent ce jour-là, Bernard Moscatelli qui a succédé il y a quelque mois à Laurent Laffont à la tête de RCI Finance Maroc. M. Moscatelli n’a pourtant pas pu présenter de chiffres relatifs à l’exercice 2009, lesquels devraient être bons et en tout cas meilleurs que ceux de 2008. Disons-le sans se cacher : M. Moscatelli arrive à la tête d’une institution structurée et bien rodée par son prédécesseur. Une aubaine ! Charge à lui d’en faire autant pour porter au-delà de 25% le nombre d’acheteurs qui financent leur véhicule chez Renault Maroc via RCI. Un seul homme s’était finalement distingué par son absence : Régis Picot. Le directeur réseau est l’une des principales chevilles ouvrières de cette filiale puisqu’il n’a eu cesse de travailler, deux années durant, sur la «capillarité» et le renfort de ce réseau. Aujourd’hui, Renault Maroc compte 57 sites répartis dans tout le territoire marocain et détient ainsi le réseau automobile le plus large du Royaume. Enfin, ce même réseau a enregistré une hausse de 103% en termes de fréquentation et de visites. Séduite par une nouvelle gamme et une image plus valorisante, la clientèle marocaine revient ou redécouvre Renault. MM. Posez et Picot y sont assurément pour quelque chose. Beaucoup même.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *