Renault Modus : un Monospace de poche

Renault Modus : un Monospace de poche

Voilà bien des années que Renault, le «créateur d’automobiles», s’est forgé une sacrée étiquette de créateur de concepts. L’apparition du Scénic, premier monospace compact, il y a une décennie environ, est l’exemple le plus éloquant à cela. Puis en continuant à explorer de nouvelles niches, la marque au losange -toujours inventive- a eu l’idée de créer un minispace. D’accords Fiat et Opel ont déjà investi ce segment à leur façon avec respectivement l’Idea et le Meriva, mais ces deux véhicules titilleraient plutôt le Scénic, alors que Modus, lui, s’intercale plutôt entre la Clio et la Mégane.
A ce titre, les propos de Saïd Karbache, le directeur marketing de Renault Maroc, étaient sans équivoque lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion du lancement de ce véhicule. Ainsi, pour M. Karbache : «le positionnement du Modus répond à une logique de complémentarité de gammes. Il (le Modus) coiffe le haut du segment B (celui des citadines) et frôle les frontières du segment M1 (celui des compactes)». Voilà donc des explications qui permettent de lever toute ambiguïté éventuelle quant à la raison d’être du Modus.
Esthétiquement parlant, le Modus s’inscrit dans la droite lignée de ses sœurs actuellement commercialisées. Cela, bien qu’il ait droit à une face avant inédite, dont les différents éléments confèrent un regard attendrissant. On remarque ainsi une prise d’air en demi-cercle dans le bouclier, une calandre au logo proéminent tel un museau, ainsi que des projecteurs tout en hauteur et coiffés par des clignotants en guise de sourcils.
Du coup, le Modus est comme une souris qui sourit ! En revanche, vu d’arrière, il semble faire les yeux ronds, avec ses feux en forme d’escargot. Comme pour le Scénic et la Mégane (5 portes), le Modus reçoit une large lunette bombée sur un hayon vertical. Un hayon sur lequel, le logo du losange est centré au-dessus du monogramme Modus.
C’est à la fois un traitement sobre et stylé. De profil, on remarque d’emblée l’architecture originale du véhicule : capot court, pare-brise avancé, et passages de roue bien marqués, accueillant de jolies jantes en aluminium de 15 pouces (équipement de série).
Par ailleurs, le vitrage latéral se veut généreux et le constructeur français d’annoncer 40 % de surface vitrées en plus que la moyenne de la catégorie. Mais c’est surtout la hauteur du véhicule qui frappe le plus visuellement, tandis que sur papier, elle s’établit à 1,589 m. Presque géant lorsqu’on sait qu’une Peugeot 307 culmine à 1,51 m.
La longueur, elle, est de 3,79 mètres, soit presque équivalente à celle-ci de la Clio II. Une longueur dont 2,482 m vont à l’empattement (distance entre les roues avant et arrière). Avec de telles valeurs, l’habitabilité de cette Renault ne peut, en toute logique, pas être médiocre. L’accès à bord est facilité par la découpe des larges portières arrière et l’habitabilité est suffisante grâce à une garde au toit généreuse et à une banquette coulissant sur 17 cm. Mais si Renault annonce que trois passagers peuvent prendre place sur la banquette (qui reçoit d’ailleurs trois appuis-tête), cette dernière sera plutôt suffisante à deux adultes de forte corpulence.
Cela d’autant plus, que cette même banquette intègre un système baptisé «Triptic» et permettant aisément de passer d’une configuration de deux à trois places. Seul bémol -et c’est le principal reproche à faire au Modus- : son coffre de 198 litres seulement. Certes, ce volume peut être porté à 274 litres, si l’on coulisse la banquette au maximum vers l’avant, puis à 621 litres si celle-ci se rabat totalement. Mais ce sera au détriment des places arrière…
Pour le reste, la présentation intérieure se veut agréable et bien dans l’air du temps. Habillée de plastiques de qualité et conçue de façon à être assez ergonomique, la planche de bord reçoit une instrumentation centrale à affichage électronique. La console centrale reprend le thème des rondeurs extérieures à travers des aérateurs en demi-cercle. Le bien-être des occupants devrait être au rendez-vous, du fait de l’espace habitable, mais aussi grâce à un équipement riche et complet.
A ce titre, on précisera qu’une seule finition (la «Confort Expression») est proposée pour le moment par Renault Maroc, incluant entre autres, la climatisation manuelle, un autoradio à lecteur CD frontal, un ordinateur de bord, des antibrouillards ou encore des miroirs de courtoisie dans les deux pare-soleil. Bien entendu, la sécurité n’est pas en reste et le Modus d’intégrer un ABS avec assistance au freinage d’urgence, ainsi que 6 airbags, dont deux rideaux qui se déploient le long des vitres latérales. Et en parlant de sécurité, on rappellera que ce minispace a obtenu cinq étoiles aux crash-tests EuroNCAP, soit comme la quasi-totalité de la gamme actuelle de Renault.
Enfin, parmi les petites attentions disponibles à bord, on citera notamment la présence de quelques rangements pratiques, à l’image de la boîte à gant réfrigérée, d’un compartiment sur le côté gauche du tableau de bord, deux trappes sous-plancher à l’avant, ou encore un range-documents intégré dans l’assise du siège passager. Pratique le Modus ! Sous le capot, la filiale marocaine de la marque au losange n’a retenu que deux motorisations sur les cinq que compte la gamme Modus.
Il s’agit en essence du 1.2 litre à 16 soupapes de 75 chevaux et en Diesel, le 1.5 l dCi (technologie common rail) de 65 ch. Deux blocs qui brillent plus par leur sobriété que par leur vitesse de pointe, puisqu’ils revendiquent une consommation moyenne de respectivement 6,0 l/100 km et 4,7 l/100 km. De toute façon, l’esprit même du Modus n’est pas d’être un foudre de guerre qui file sauvagement sur une autoroute. Non, ce véhicule est plutôt taillé pour des parcours urbains et périurbain, en famille.
Moderne, convivial et pratique, le Modus se veut une sorte de monospace de poche dont le côté pratique au quotidien, se vérifie aussi bien par son intérieur modulable, que par sa compacité. Pour preuve, remarquez combien les roues du Modus sont repoussées aux quatre coins. En conduite urbaine, cela se traduira notamment par un faible diamètre de braquage, ce qui est très important lors des manœuvres de stationnement ou pour effectuer un demi-tour dans une ruelle.
Quant aux tarifs, ils sont de 159.500 DH pour la version essence et de 177.500 DH pour le Modus dCi. Des prix qui inscrivent le Modus en haut du tableau et à la lisière des deux segments qu’il chevauche. Mais surtout, ce positionnement tarifaire contribue aussi à l’image du Modus, en tant que minispace chic, principalement destiné aux femmes, plutôt branchées. Ceci étant et malgré ses airs de Twingo gonflée à bloc et son physique tout en rondeurs, cette petite ne s’empêchera probablement pas de séduire aussi la gent masculine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *