Renault-Nissan: Paris dément avoir proposé une fusion à Tokyo

Renault-Nissan: Paris dément avoir proposé une fusion à Tokyo

Le ministre français de l’économie Bruno Le Maire a démenti avec vigueur dimanche des informations de médias japonais selon lesquelles des représentants de l’Etat français auraient plaidé cette semaine à Tokyo pour une fusion entre Renault et Nissan.

Le scénario d’une fusion entre les deux constructeurs automobiles «n’est pas sur la table», a affirmé M. Le Maire devant la presse lors d’un déplacement dimanche au Caire. L’Etat français, actionnaire de Renault, est «attaché au bon fonctionnement» et à la «pérennité» de l’alliance existant entre Renault et Nissan.

«C’est ce que nous avons toujours indiqué aux autorités japonaises», a-t-il ajouté. «Ce qui est sur la table aujourd’hui, c’est la gouvernance de Renault.» Celle-ci devra être «solide, stable, pérenne» et devrait être «mise en place par le conseil d’administration (du groupe français, NDLR) dans les prochains jours», a encore souligné M. Le Maire. Plus tôt dans la journée, le quotidien économique japonais Nikkei et l’agence de presse Kyodo avaient affirmé qu’une délégation française, en visite cette semaine à Tokyo, avait plaidé pour une fusion des deux groupes, dont l’avenir de l’alliance est devenu incertain depuis l’arrestation au Japon de Carlos Ghosn.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *