Renault : Vers un nouveau mandat de Carlos Ghosn

Renault : Vers un nouveau mandat de Carlos Ghosn

L’Etat français affiche sa satisfaction concernant le bilan de M. Ghosn à la tête de Renault, qui a affiché des ventes record (3,76 millions de véhicules) l’an dernier et qui revendique le rang de numéro un mondial de l’automobile au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Selon le ministère français de l’économie et des finances, le patron de Renault, Carlos Ghosn, va briguer un nouveau mandat de PDG du constructeur automobile français avec le soutien de l’Etat.

Lors du conseil d’administration de Renault, prévu demain, «il y aura un vote de résolution proposant le renouvellement de Carlos Ghosn. Nous, Etat, on devrait évidemment voter pour cette résolution», a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère.

Selon la même source, l’Etat français, principal actionnaire du groupe au losange avec 15% du capital, avait demandé deux choses à Carlos Ghosn. D’abord de désigner quelqu’un pour éventuellement lui succéder chez Renault, dans un processus progressif, numéro deux puis PDG.

D’après une source proche de Renault, confirmant des informations de presse, l’actuel directeur délégué à la compétitivité, Thierry Bolloré, tiendrait la corde pour être proposé jeudi comme numéro deux. «Cette solution conviendrait à l’Etat», dit-on au ministère.

Outre la désignation d’un dauphin potentiel, la deuxième chose réclamée par l’Etat à M. Ghosn était «une feuille de route pour consolider l’alliance Renault-Nissan, pour qu’elle se traduise par une meilleure intégration des deux entreprises, toujours dans le même but, préparer l’avenir», selon le porte-parole du ministère. 

Cependant, la même source précise que le travail sur ce point-là n’est pas encore terminé. «On travaille toujours avec Carlos Ghosn sur la définition de cette feuille de route. On n’a pas encore tous les éléments qui nous conviennent sur la meilleure intégration des deux entreprises».

«Le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, a eu Carlos Ghosn longtemps au téléphone vendredi et ils ont discuté de tout ça ensemble», a-t-elle ajouté.

L’Etat français affiche sa satisfaction concernant le bilan de M. Ghosn à la tête de Renault, qui a affiché des ventes record (3,76 millions de véhicules) l’an dernier et qui revendique le rang de numéro un mondial de l’automobile au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi (10,6 millions d’unités en 2017).  «Ce serait difficile de ne pas être satisfait. L’entreprise est sur une bonne voie. Elle est numéro un mondial», estime-t-on à Bercy.

Le ministère de l’économie insiste cependant pour préparer l’après-Carlos Ghosn, et souhaite également conserver l’ancrage français du groupe.

«Nommer un Français comme numéro deux chez Renault est une bonne façon de garder cet ancrage», indique Bercy.

Chez Renault, on estime que Thierry Bolloré présenterait plusieurs atouts au poste de directeur général. «Il connaît l’automobile, il sait travailler avec les Japonais et il connaît le fonctionnement de l’alliance», indique-t-on au sein du groupe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *