Représentant des exportations de l’ordre de 23,90 milliards DH : L’automobile booste les ventes à l’export

Représentant des exportations de l’ordre de 23,90 milliards DH : L’automobile booste les ventes à l’export

La hausse des ventes automobiles à l’export est tirée par la bonne dynamique de l’activité construction. Cette dernière a réalisé à l’export un chiffre de l’ordre de 13,07 milliards de dirhams, en amélioration de 20,6%.

Nette progression des exportations automobiles au quatrième mois de l’année. Les ventes ont connu un important bond durant le mois d’avril se consolidant de 19,1% par rapport à la même période de l’année passée.  Le secteur a réalisé un chiffre d’affaires à l’export de l’ordre de 23,90 milliards de dirhams contre 20,07 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. Se référant aux dernières statistiques relevées par l’Office des changes, les exportations automobiles se seraient appréciées de 3,83 milliards de dirhams en une année.

La hausse des ventes automobiles à l’export est tirée par la bonne dynamique de l’activité construction. Cette dernière a réalisé à l’export un chiffre de l’ordre de 13,07 milliards de dirhams, en amélioration de 20,6%. L’activité câblage a également affiché une dynamique à l’export générant au secteur un chiffre d’affaires d’environ 8,4 milliards de dirhams, en hausse de 15,5% par rapport à ce qui a été réalisé au même mois de l’année précédente. Représentant 25,8% de la structure globale des exportations, les expéditions automobiles ont boosté les ventes à l’export du Maroc. Ces dernières se sont consolidées de 6,22 milliards de dirhams. Ainsi, les exportations globales se sont élevées à fin avril à 92,71 milliards de dirhams, en amélioration de 7,2%, soit un additionnel de l’ordre de 6,22 milliards de dirhams. L’agriculture et agroalimentaire se veut le deuxième secteur à contribuer à l’amélioration de l’offre exportable du Maroc.

L’agriculture au deuxième rang

Les exportations agricoles et agroalimentaires se sont chiffrées à 22,87 milliards de dirhams, en amélioration de 585 millions de dirhams. L’industrie alimentaire contribue à hauteur de 11,97 milliards de dirhams aux ventes du secteur à l’export. Les exportations de la branche «agriculture, sylviculture, chasse» se situent autour de 10,35 milliards de dirhams. Les exportations du textile se sont également redressées au mois d’avril. La valeur générée est de 12,93 milliards de dirhams, constituée essentiellement d’exportations de vêtement confectionnés (8,14 milliards de dirhams). Une évolution positive a également été constatée au niveau de l’électronique et l’industrie pharmaceutique, des secteurs où les exportations ont grimpé respectivement de 1,4 et 3,2%. En revanche, les ventes de phosphates et dérivés se sont rétractées au mois d’avril.

L’Office des changes note à cet effet une baisse de 4,5%, soit 632 millions de dirhams de moins que l’année dernière. Ainsi les exportations phosphates et dérivés ont basculé en une année de 14,18 milliards de dirhams à 13,55 milliards de dirhams. Malgré cette bonne performance, la balance commerciale continue de pencher en faveur des exportations. Les importations se sont situées à fin avril autour de 158,81 milliards de dirhams, en hausse de 9,2%, soit des achats supplémentaires de plus de 13,32 milliards de dirhams. Cette progression résulte de l’accroissement des acquisitions de l’ensemble des groupes de produits. Les importations de biens d’équipement, de produits finis de consommation, de produits énergétiques constituent 75,9% de la hausse totale des importations. A cet égard, le gouffre commercial continue de se creuser. Le déficit s’est aggravé de plus de 7 milliards de dirhams passant de 59 milliards de dirhams en avril 2017 à 66,1 milliards de dirhams à fin avril 2018.

Les IDE en nette régression

L’Office des changes souligne également dans son bulletin mensuel relatif aux indicateurs préliminaires des échanges extérieurs une baisse des flux des investissements directs étrangers.

Un recul de 17,1% a été observé dans ce sens à fin avril. Ainsi, les IDE ont perdu 1,39 milliard de dirhams de leur valeur pour revenir à 6,76 milliards de dirhams contre 8,16 milliards de dirhams au même mois de l’année précédente. Cette baisse résulte de l’écart existant entre les dépenses (+1,2 milliard de dirhams) et les recettes (-187 millions de dirhams).

En revanche, les transferts des Marocains du monde se sont situés sur un trend haussier. Les recettes MRE ont affiché une croissance à deux chiffres au quatrième mois de l’année (13%). Elles se sont chiffrées à plus de 21 milliards de dirhams contre 18,59 milliards de dirhams une année auparavant. La même cadence a été observée au niveau des recettes touristiques. Elles ont culminé de 18,1% grimpant à plus de 21 milliards contre 17,85 milliards de dirhams une année plus tôt. 

Les dépenses se sont accrues de 9,5% pour se situer autour de 5,2 milliards de dirhams contre 4,75 milliards de dirhams à la même période de l’année passée. Ainsi, la balance voyage a progressé de 21,3% augmentant de 2,78 milliards de dirhams à fin avril 2018.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *