Salaheddine Mezouar mise sur les “maquiladoras”

Salaheddine Mezouar mise sur les “maquiladoras”

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise a niveau de l’Economie, Salaheddine Mezouar, continue à croire dur comme fer dans les perspectives du Programme “Emergence”, élaboré par son département suite à l’étude McKinsey. Un document qui présente quelques secteurs industriels comme étant plus que jamais compétitifs et en tout cas potentiellement porteurs pour les années à venir.
C’est, entre autres, le cas du montage automobile et de la sous-traitance de ses composants. Du coup, M. Mezouar s’active à promouvoir ledit plan. Il ira ainsi à Paris le 15 novembre, pour le présenter au Cercle d’amitié franco-marocain, puis en fera autant le 23 qui suit, devant la Chambre française de Commerce à Casablanca.
Ensuite, c’est vers le Mexique que le ministre de l’Industrie s’envolera. Le choix de ce pays est loin d’être fortuit et M. Mezouar ne va pas en vacances à Acapulco. Et pour cause, il ira, accompagné d’un groupe d’entrepreneurs marocains opérant dans l’industrie de sous-traitance automobile, ainsi que celle des composants électroniques, afin de s’inspirer sur les «Maquiladoras».
Né de la volonté des Etats-Unis de favoriser les marchés de proximité, ce fameux concept a vu le jour durant les années 60 dans quelques pays d’Amérique centrale et latine. Une Maquiladora correspond à une zone industrielle géographiquement limitée et dont chaque usine implantée, bénéficie d’une exonération des droits de douane, afin de produire au moindre coût des marchandises assemblées, transformées ou élaborées à partir de composants importés.
Et au Maroc, c’est autour du nouveau port Tanger-Med qu’il est question d’étendre un ruban industriel en s’inspirant de l’exemple édifiant des Maquiladoras du Mexique. Mais déjà, la communication tous azimuts sur cette vision, en tant que l’une des applications concrètes du Programme “Emergence” est en train de porter ses fruits. En effet, de source proche du Ministère en question, on apprend qu’une société espagnole basée à Valence s’apprête à poser les jalons d’une usine dans ledit port.
Ceci étant, de ce projet, on ne sait pas plus qu’il s’agit d’un équipementier qui fournit plusieurs constructeurs automobiles, dont Ford pour son modèle Ka. De plus, cette future implantation fabriquera au Maroc des sièges de véhicules, qui seront exportés vers les traditionnels marchés européens, mais aussi vers les Etats-Unis et ce en vertu de l’accord de libre-échange qu’a le Maroc avec ce pays.
Enfin, il est à noter que l’entreprise espagnole en question a reçu du Fonds Hassan II d’investissement une mise initiale de 7 millions de DH, en guise de participation dans la future implantation. Une usine qui pourrait être opérationnelle en 2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *