Salon de Francfort : Ce qu il faut retenir

Salon de Francfort : Ce qu il faut retenir

La messe automobile se poursuit jusqu’au 22 septembre. Durant une semaine aussi riche que surprenante, Francfort a accueilli une pléiade de nouveautés. Certains constructeurs ont pu garder le secret de la carrosserie de leurs bijoux jusqu’à l’ouverture du Salon, d’autres ont préféré faire le show avant. En tout cas, le show était comme à l’accoutumée, marqué par sa démesure. Aux côtés des nouveaux modèles, les concepts présentés  n’ont pas laissé de marbre les fanas de l’automobile. Retour sur les grandes surprises de ce rendez-vous germanique. 

Comme c’est du démesuré qu’il s’agit, la balade du salon ne peut se faire sans s’arrêter sur les marques de supercars. Ces luxueuses sont bien évidemment chères, très chères et ne font pas dans le politiquement correct. Leurs puissance et design ne laissent pas indifférent le public. Cette année, la vedette sur laquelle le voile à été levé durant le Salon de Francfort n’est autre que la tant attendue Aston Martin Vanquish Volante. Une supercar cabriolée qui ne devrait pas tarder à tomber le haut à son tour afin de remplacer dans la gamme la DBS Volante. La luxueuse anglaise dispose d’une capote triple épaisseur qui se replie et se déplie en 14 secondes. Avec son V12 6.0 l de 573 ch et  ses 620 Nm de couple, la décapotable passe de 0 à 100 km/h en seulement 4,1 secondes. Elle sera ainsi la découvrable la plus puissante produite par la firme de Gaydon. Chez Lamborghini, deux nouveautés ont fait apparition. L l’Aventador SV (Super Veloce) dont la puissance culminerait à 800 chevaux et la voiture qui vient remplacer la fameuse Gallardo, la «Cabrera». Du côté de Ferrari, c’est sa série spéciale de la 458 qui rafle la vedette. Cette version a perdu du poids (1.290 kg), sa puissance a été augmentée et son moteur affiche désormais 650 équidés. 

Les allemands ont encore une fois tapé fort. Mais il faut dire que les constructeurs français ont, eux aussi, présenté des automobiles audacieuses. Qu’il s’agisse de la nouvelle Peugeot 308, de la DSX de Citroën, la Cactus ou encore la RCZ R, les constructeurs français misent gros pour se faire une place sur le marché.

Les Allemands ne font pas non plus dans la demi-mesure. La troisième génération d’Audi A3 tombe le haut à Francfort. Svelte mais ayant du caractère, cette version est outillée d’un S3 de 300 chevaux. La Audi Sport Quattro Concept, qui tient beaucoup de la mythique Quattro,  accueille sous son capot un moteur hybride de 700 chevaux. Quant à la A8 restylée qui sera commercialisée cet automne même, on vous laisse découvrir ses précieux atouts dans l’article à la Une de ce cahier automobile. En vedette sur le stand de BMW, on retrouve également la Série 4, qui devrait bientôt apparaître sur notre marché. La marque bavaroise propose également sa i3 en version électrique et avec prolongateur d’autonomie, un bicylindre essence de moto de 34 équidés d’une autonomie de 130 à 300 km. L’autre marque du groupe, Mini, renouvellera sa citadine. La troisième génération de cette icône s’est inspirée du concept Rocketman et inaugurera par la même occasion la nouvelle plate-forme traction du groupe.

 Chez les Coréens, Hyundai renouvelle sa microcitadine star, la i10. La Honda Civic Tourer a été enfin dévoilée. Quant à Kia, elle a présenté son concept Kia Niro Concept. Le Niro est une étude de crossover  urbain trois portes façon Mini Paceman. Somme toute, le Salon de Francfort n’aurait pas déçu, au moins 70 nouveautés y ont fait les stars et contrairement à ce qu’on aurait pensé, la crise quoiqu’elle sévisse, les constructeurs trouvent moyen de la contourner et présenter des modèles des plus adaptables aux plus futuristes. A Francfort, il y avait de quoi répondre à tous les caprices des passionnés du monde de l’automobile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *