Salon de Genève : Du neuf dans le luxe

Salon de Genève : Du neuf dans le luxe

Dans un contexte délicat, qui se traduit par plusieurs marchés en baisse, l’édition 2005 du Salon de Genève a vu les constructeurs automobiles européens se focaliser sur des petites voitures urbaines et accessibles, histoire de mieux contrer leurs homologues asiatiques. Mais telle n’était pas l’unique donne de la 75ème édition de l’exhibition helvétique, qui se tient du 3 au 13 mars 2005.
En effet, le luxe automobile fait, lui aussi, un tabac. A commencer par les deux labels de l’hyper luxe: Rolls-Royce et Maybach.
Le premier, appartenant désormais au groupe BMW, abrite sur son stand une version à empattement allongée de sa limousine Phantom, offrant un espace géant pour les passagers (fortunés) de la banquette. Pour sa part, Maybach a présenté une nouvelle déclinaison de la 57, différenciée par le logo «S» et renforcée par une évolution suralimentée de son V12. Ainsi, son 6.0 litres reçoit désormais deux turbos qui font porter sa puissance à 612 chevaux, ce qui lui autorise les performances d’un coupé sportif.
En effet, le 0 à 100 km/h est désormais parcouru en 5 secondes ! Faramineux pour une limousine de cette trempe et de ce poids (elle frôle les 3 tonnes). De son côté, Cadillac (qui pourrait bien refaire son entrée au Maroc d’ici 2006), a dévoilé la BLS. Une grosse berline animée d’un puissant V8 et intégrant les dernières sophistications high-tech. Avec ce modèle, le label luxueux de l’américain General Motors a des visées hautes sur le marché européen, jusqu’à prétendre lorgner les références allemandes. Mais c’est surtout Lexus qui a frappé fort lors de Genève 2005. La division de luxe du groupe Toyota a créé la surprise en dévoilant les lignes de sa toute nouvelle berline familiale, qui remplace l’actuelle IS200. Une berline aux lignes fluides et radicalement différentes de sa devancière. Elle en est aussi plus spacieuse (5cm de plus en longueur habitable) et nettement mieux équipée, surtout en matière de sécurité, avec notamment des airbags de genoux. Mais pour figurer en bonne place parmi les ventes européennes de cette catégorie de véhicules (les familiales premium), point de salut sans Diesel !
Et c’est désormais fait. Car outre un V6 2.5 litres de 204 ch (en lieu et place des 2 et 3 litres 6 cylindres en ligne), la petite Lexus reçoit un quatre-cylindres Diesel à rampe commune qui développe 177 ch et 400 Nm. Sa commercialisation en Europe débutera fin 2005, début 2006.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *