Salon de Genève : le rendez-vous Suisse

Salon de Genève : le rendez-vous Suisse

Comme tous les ans au mois de mars, "Palexpo", le principal centre des expositions de Genève, abrite un rendez-vous incontournable pour les passionnés de voitures : le «Salon international de l’auto et accessoires». C’est l’une des trois grandes exhibitions automobiles en Europe (avec le Mondial de l’Auto de Paris et l’IAA, le Salon de Francfort) et l’une des plus anciennes puisqu’elle en est à sa 77ème année. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette édition abonde en nouveautés présentées en avant-première, en voitures de rêves, mais aussi en innovations technologiques.
Le constructeur allemand Audi (parce qu’il est préférable de procéder par ordre alphabétique…), n’a pas attendu Francfort -son salon local- pour y présenter l’une des ses grandes nouveautés pour l’année : l’A5. Un coupé séduisant et puissant par ses moteurs à injection directe d’essence (FSI), mais aussi disponible en Diesel (V6 TDi). Egalement présentée, la S5, déclinaison sportive du même modèle, reçoit un V8 FSI de 354 ch. De quoi rivaliser avec les bolides de chez BMW.
Et justement, le constructeur munichois n’est pas en reste cette année, aux abords du lac Léman. Tout en continuant à entretenir le suspense, BMW a présenté la M3 Concept, qui comme son nom l’indique, préfigure la version définitive de la plus célèbre des familiales sportives haut de gamme. Extérieurement, c’est (logiquement) la ligne du Coupé Série 3 qui a été retenue pour la future M3, mais avec plusieurs éléments suggestifs : ouies latérales, rétroviseurs spécifiques et jantes de 19 pouces… Puis surtout, un détail qui ne passe pas inaperçu : une bosse au niveau du capot. Normal, ce dernier abrite un V8 délivrant plus de 400 chevaux. Autres nouveautés de BMW cette année, la Série 5 facelift, la M5 en carrosserie break (Touring) et la Série 1 à trois portes, sont autant attractives sur le même stand.
Sur celui (le stand) de Citroën, ce n’est pas une berline qui tient la vedette, mais un 4×4. Le C-Crossser, premier véhicule de loisir, haut sur pattes, badgé du double chevrons, a été officiellement présenté à la presse. Ses points forts : sept places, un Diesel HDi de 156 ch et un châssis de chez Mitsubishi. Des caractéristiques que le 4×4 Citroën partage avec son cousin de chez Peugeot, le 4007. A côté du C-Crosser, le C4 Picasso (5 places) fait à Genève sa première sortie au grand public. Même s’il n’a pas été présenté en avant-première sur le stand de Dacia à Genève, le break MCV décliné de la Logan, en est sans aucun doute la principale attraction. Et pour cause, il dispose d’un rapport prix/prestation/espace imbattable : sept places et un grand coffre pour des prix allant de 7.600 à un peu plus de 11.000 euros.
Et une première sortie officielle, il y en a eu en revanche sur le stand Fiat. Très attendue dans les concessions de la marque, la Bravo joue gros à Genève : elle vient conforter l’image de renouveau enclenchée par la Grande Punto par rapport à laquelle elle reste assez proche sur le plan du design.
Et du design, les visiteurs en trouveront une bonne dose du côté de Ford. Sur le stand de la marque à l’ovale bleue, la star s’appelle Mondeo et affiche une ligne presque à couper le souffle. Disponible en plusieurs carrosseries (4 et 5 portes; break SW) et dotée d’une large gamme de moteurs (de 115 à 220 ch en essence et de 125 à 170 ch pour les TDCi), la familiale Ford promet de reconquérir sa clientèle sur le Vieux Continent.
Pour Hyundai, on retiendra du Salon genevois la présentation d’une étude de style futuriste, aussi intrigante que son appellation : "QarmaQ". Il s’agit d’un prototype de SUV, qui se veut innovant par sa structure étudiée pour la protection des piétons. Pour cela, l’auto est dotée du système "Elastic Front", un dispositif développé en collaboration avec la firme américaine GE Plastic et qui est censé absorber l’énergie du choc du véhicule contre un piéton. A l’avenir, cette technologie devrait équiper la gamme du constructeur coréen.
Grand Salon pour Kia Motors, dont le stand accueille des créatures aussi belles que ces deux grandes nouveautés. Il s’agit des déclinaisons break et cabriolet de sa compacte européenne Cee’d. Respectivement baptisés Cee’d Sporty Wagon et Ex_Cee’d Cabrio Concept, ces deux nouvelles Kia incarnent les premiers coups de crayon de Peter Schreyer, le nouveau patron du style maison. Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce talentueux designer, c’est à lui que l’on doit -entre autres- la première génération du TT, du temps où il était styliste chez Audi…
Impossible pour Mazda de faire un (grand) Salon sans y dévoiler un nouveau prototype. A Genève, ce fut le cas avec le concept Hakaze, un mélange orignal de 4×4 et de coupé, le tout dans une carrosserie compacte et généreusement vitrée. Mais surtout la Mazda 2 devrait attirer bien des curieux ces jours-ci en Suisse. Commercialisée dans quelques semaines, cette citadine viendra se frotter aux références de sa catégorie, mais aussi à ses rivales nippones, Honda Jazz en tête.
Dans un esprit strictement d’évasion, Peugeot a présenté une série de trois modèles inédits, en plus de la 207 CC qui fait son premier grand coming-out. Il s’agit du tout-terrain 4007, de la sportive 207 RC (moteur THP de 175 ch) et du concept 207 Outdoor. A travers les lignes de ce dernier, on peut deviner la version quasi définitive du break 207 SW, attendu dans quelques mois. 
Poursuivant le renouvellement de sa gamme, Renault a frappé fort à Genève, mais du côté des petits véhicules. Car en dévoilant la version définitive de sa Twingo, la marque au losange présente la remplaçante de l’une de ses icônes. En effet, la Twingo a été vendue à plus de 2,4 millions d’exemplaires dans le monde depuis sont lancement… il y a 14 ans.
Difficile de passer tout le salon en revue, mais il est clair que Genève 2007 reste un grand cru. Une messe exceptionnelle et des autos que les journalistes et les passionnés pourront dévorer des yeux, voir de plus près et même toucher. Seule condition pour pouvoir parcourir les dizaines d’hectares que totalisent les sept halls du Palexpo : se chausser de semelles souples et surtout disposer d’assez d’"huile de genou". Tel est l’unique lubrifiant (naturel) que l’être humain utilisera toujours, s’il veut se passer de l’automobile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *