Salon de Shanghai: Les constructeurs impuissants face aux sosies chinois

Salon de Shanghai: Les constructeurs impuissants face  aux sosies chinois

Le Salon de l’auto de Shanghai s’apparente pour de nombreux visiteurs à un jeu de Photo Hunt. Et pour cause, un grand nombre de voitures chinoises représente des points analogues et des ressemblances frappantes avec d’autres modèles de grandes marques.

Certes, si l’on met les deux véhicules côte à côte, on remarque qu’il existe des différences, mais si l’on se retrouve face par exemple au Landwind X7, la première chose qui vient à l’esprit est l’image de l’Evoque. La silhouette est identique, le traité de la face avant très proche, le profil totalement copié et la face arrière manifestement inspirée !

Le Salon, qui s’est ouvert mercredi, est la plus grande manifestation du premier marché automobile mondial. Mais comme chaque année, il donne lieu à son lot d’accusations de plagiat à l’encontre des constructeurs locaux.

«Nous le prenons comme un compliment», assure en riant le patron de Mercedes en Chine, Hubertus Troska, en passant devant un modèle «made in China» qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux 4×4 du constructeur allemand de la Classe G, présentés dans la même allée. Un peu plus loin, une marque chinoise, Zotye, présente un 4×4 compact qui évoque furieusement la Macan de Porsche. Seule différence: le sosie chinois est vendu à 100.000 yuans (13.500 euros), contre plus de 80.000 euros pour le modèle allemand. Porsche assure d’ailleurs que ses modèles ne jouent pas dans la même cour que leurs imitateurs et ne visent en aucun cas la même clientèle. «Nous sommes convaincus que les amateurs de belles voitures verront aisément la différence entre la Porsche Macan et la copie du fait du design, de la finition et de la qualité générale», tranche Anja Wassertheurer, directrice de la communication produit et technique du constructeur de Stuttgart.

Si certains constructeurs se contentent de faire quelques commentaires, cela n’est pas le cas de Land Rover qui ne se montre pas aussi zen. Il a lancé en 2014 une action judiciaire contre un constructeur chinois répondant au nom de Land Wind et son 4×4 baptisé X7 comme précité. Land Wind a répondu à la plainte du britannique par une action similaire. Aucune des deux procédures n’a encore abouti.

Mais les chances de l’emporter devant les tribunaux chinois «sont extrêmement faibles» pour les constructeurs étrangers du fait de la législation locale sur les brevets, relève Li Yanwei, analyste de l’Association chinoise des concessionnaires automobiles: «on ne peut prononcer une condamnation que si la forme et la taille des deux véhicules en cause correspondent exactement».

Parfois, le litige tourne mal pour le plaignant : en 2015, Honda a perdu une procédure qu’il avait engagée 11 ans plus tôt contre Shuanghuan Automobile, l’accusant d’avoir copié l’extérieur de son 4×4 CR-V. Le japonais a dû verser 16 millions de yuans à son adversaire au titre des frais de justice et du «dommage à la réputation» de Shuanghuan… qui a fini par faire faillite l’an dernier. Les actions judiciaires pourraient se raréfier à mesure que les constructeurs chinois améliorent leur maîtrise de la conception automobile, prédisent les experts du secteur.

«Il y a eu un temps où le design n’était pas au cœur des préoccupations des constructeurs chinois, qui faisaient avant tout du produit», observe Christophe Cayrol, chef du centre de design de Citroën à Shanghai. «Maintenant, il y a en Chine un développement de la création originale».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *