Sécurité enfant : Renault s’inspire de la Formule 1

Sécurité enfant : Renault s’inspire de la Formule 1

Avec 8 modèles ayant obtenu 5 étoiles aux crash-tests EuroNCAP, Renault brille actuellement en matière de sécurité automobile. C’est indéniable. Du coup, la marque au losange profite de ce leadership pour communiquer, par voie de presse, sur les dispositifs qui contribuent à sa performance en la matière.
Parmi ses «secrets», un système particulier installé aux places arrière et destiné à garantir un niveau optimal de protection pour les passagers enfants. Mais avant de l’expliquer, Renault rappelle quelques conclusions et statistiques qui aident ses ingénieurs quant à la mise au point de tous ses gadgets salvateurs. Car pour mettre au point ses véhicules, le premier constructeur français s’appuie sur des études d’accidentologie, élaborées par le «LAB», le Laboratoire d’accidentologie, de biomécanique et d’étude du comportement humain. Parmi les données recueillies, on apprend par exemple, qu’en France, 10 % des tués dans des accidents de voitures sont des passagers arrière. Ce taux correspond à environ 350 vies perdues chaque année.
Toujours selon la même source, 70% des personnes mortes ou gravement blessées, à l’arrière, sont des adultes. Parallèlement, il a aussi été établi qu’en Europe, 30% des passagers arrière impliqués dans un accident sont des enfants de moins de 10 ans. En Europe toujours, 60.000 enfants sont blessés chaque année lors d’accidents, souvent en raison de dispositifs de sécurité absents ou inadaptés.
Dans 22 % des cas, les blessures graves auraient pu être évitées par la présence d’un système de protection adéquat. Et là, il faudrait préciser que le corps d’un enfant n’est pas le modèle réduit d’un corps d’adulte : sa colonne vertébrale est plus fragile et les os de son bassin ne sont pas complètement durcis. Deux exemples pour dire combien la spécificité morphologique d’un enfant constitue une vulnérabilité particulière. Plus spécialement, cette fragilité ne lui permet pas de résister à la force exercée par le mouvement de la tête lors d’un choc.
Les enfants doivent être, donc, systématiquement attachés avec des dispositifs adaptés à leur
âge. Telle est la conclusion de Renault, qui a créé un concept d’installation pour les enfants de 6 à 10 ans, installés en place centrale sur la banquette arrière. Le coussin d’assise est raccourci pour permettre à l’enfant de s’asseoir correctement. Les boucles de ceinture sont avancées et abaissées pour que la sangle se positionne parfaitement sur le bassin de l’enfant. Cet appuie-tête convertible pour enfant intègre donc un dispositif qui s’apparente fortement à l’attelage rembourré qui sert de support de maintien au casque de pilotage en Formule 1. Plus qu’une simple inspiration, cette similitude entre les deux dispositifs est tout sauf fortuite.
En effet, celui-ci a été baptisé «HANS» et homologué par la FIA (Fédération internationale de l’automobile) pour préserver grandement le cou des pilotes F1 de la puissante énergie qui se produit en cas d’accident sur circuit. Introduit sur la troisième génération de la Clio, ce dispositif presque révolutionnaire traduit ainsi combien la sécurité aux places arrière constitue une préoccupation majeure chez Renault.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *