Sécurité routière : DEKRA, une chance pour les centres de visite technique

Sécurité routière : DEKRA, une chance pour les centres de visite technique

Au Maroc, 3.600  personnes meurent chaque année à cause des accidents de la route. Et ce sont des véhicules plutôt âgés qui sont en cause dans le plus souvent des cas. Face à ce triste constat, le ministère de l’Equipement et des Transports a fini par donner un coup de pied dans la fourmilière comme pour dire que tout cela doit changer. En ligne de mire : la vétusté du parc automobile roulant. Car, un véhicule à fort kilométrage parcouru est souvent un facteur engendrant un accident de la route et parfois même l’aggravant.
Seule solution efficiente : la refonte du contrôle technique. C’est ce qui explique qu’en mai dernier, le groupe DEKRA (leader européen du contrôle technique) a été sélectionné (conjointement avec le groupe SGS) par le ministère de
l’Equipement et des Transports suite à un appel d’offres pour la sélection de deux opérateurs en réseau. DEKRA Automotive Maroc a été retenu sur un cahier des charges joint à l’arrêté ministériel du 6 août 2007 , qui lui autorise d’exercer son activité. Un cahier des charges qui prévoit plusieurs clauses dont la créations de 37 centres de visite technique (en propre) et ce,  durant 2008. Mais surtout, la filiale marocaine de DEKRA a été chargée par ledit ministère de mettre à niveau l’ensemble des centres indépendants et les aider à optimiser leur activité.
«Nous avons une mission pédagogique et citoyenne face à ces centres, y compris ceux qui sont en difficulté, car nous voulons former leur personnel et les assister dans leur activité. En fait, notre volonté, c’est d’être solidaire de ce corps de métier», a déclaré Xavier Landouer président directeur général de DEKRA Automotive Maroc.
En outre, DEKRA ambitionne de revoir et équilibrer la répartition géographique de ces CVT. «Il existe aujourd’hui un déficit de centres de visite technique dans plusieurs villes ou zones du Maroc. L’exemple type est celui de la région du Grand Casablanca où vous avez 35% du parc automobile roulant, alors que seulement 15% du réseau de CVT lui est dédié», explique M. Landouer.
Bien évidemment, cela ne se fera pas avant d’avoir achevé la mise à niveau desdits centres. Selon le président de la filiale marocaine de DEKRA, tous les CVT qui lui seront ralliés (à DEKRA) porteront son logo, gage de crédibilité et d’une visite technique bien plus rigoureuse que par le passé. A ce sujet et plus concrètement, il faut savoir qu’une bonne visite technique doit inclure pas moins de 77 points de contrôle sur tout véhicule et ce, selon des normes et standards internationaux. Il y a donc beaucoup à faire pour hisser le niveau actuel des prestations des CVT marocains. Encore faut-il que ces centres veuillent être compréhensifs et coopératifs envers DEKRA, dont les responsables ne veulent que bien collaborer.
«Nous ne sommes pas là pour sanctionner ces centres ni leur prendre leur fonds de commerce, mais plutôt pour les conseiller et les aider», assure et rassure M. Landouer qui annonce aussi que tout un travail de communication sera effectué pour également sensibiliser les automobilistes sur l’état de leurs véhicules, ainsi que sur l’importance et la nécessité d’un bon contrôle technique. Partant du principe que le dernier décret ministériel en la matière impose aux automobilistes un contrôle en CVT chaque année pour chaque véhicule mis en circulation depuis 5 ans (schéma 5+1+1+1…) et qu’il sera désormais facturé à 200 DH HT(contre 100 DH HT auparavant), il est dès lors évident que ces structures ont toutes les raisons d’être optimistes. La mise à niveau
n’étant qu’une étape transitoire et un passage obligé dans ce qui deviendra une activité lucrative, saine et surtout réglementée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *