Simca 1000 : La plus italienne des françaises

Simca 1000 : La plus italienne des françaises

A la base,  Simca est une firme automobile franco-italienne, créée par Fiat, pour construire en France ses véhicules sous licence. L’origine de conception de la Simca 1000 remonte, elle, aux années 50. L’Europe affronte alors une grave crise énergétique due essentiellement à la nationalisation, par le leader égyptien Jamal Abdennasser, du Canal de Suez en 1956. Le projet, lui, est amorcé en 1957 par Henri Théodore Pigozzi, alors directeur général de la marque Simca et ancien directeur général de la Société anonyme française des automobiles Fiat (SAFAF). Le cahier des charges est pratiquement similaire à celui de toutes les citadines de la concurrence, déjà lancées sur le marché européen. La voiture se doit d’être simple mais originale, économique et polyvalente. Une quatre portes ne dépassant pas les 4 mètres et pouvant accueillir confortablement cinq personnes à l’intérieur.
Le styliste turinois Mario Revelli de Beaumont se voit confier le design. Il donne au modèle une forme carrée classique à trois volumes. Ce sera  la dernière Simca  à recevoir la contribution du bureau d’études Fiat, avec une conception très proche de la Fiat 850 et reprenant la suspension de la Fiat 600. Côté motorisation, la Simca 1000 est dotée d’un quatre cylindres de 944cm3 (36 ch) et d’une boîte «Porsche» à quatre vitesses synchronisées. Le tout à l’arrière. Après quatre années de développement, la Simca 1000 est présentée au Salon de Paris le 4 octobre 1961. La même année que deux autres «petites» françaises, la Renault 4 et la Citroën Ami 6. Mais les vraies concurrentes directes de la Simca 1000 se révèleront plus tard être la Renault Dauphine, puis la Renault 8, toutes deux à moteur arrière. La Simca 1000 réussit  tout de même à obtenir le Grand prix de l’art et de l’industrie pour son innovation en matière de design. Au fil des années, la Simca 1000 évolue soit vers des modèles plus  économiques, comme la version 900, soit, au contraire, vers des finitions luxueuses  à l’image de la GLS, inspirée de la 1000 gris métallisée et personnalisée offerte à l’épouse du patron, Henri Pigozzi. En mars 1962, une version «coupé» sort des usines de Poissy avec une carrosserie signée par l’Italien «Bertone». Ce dernier lui procure une ligne plus effilée et plus aérodynamique. La base reste, pour sa part, la même que celle de la berline et la puissance est portée à 52 cv. En mai 1978, et après 17 ans de bons et loyaux services, la production de la Simca 1000 est arrêtée à presque deux millions d’exemplaires, signant le glas de la dernière voiture française à moteur arrière. Elle sera remplacée trois ans plus tard par la Talbot Samba.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *