Suzuki Jimny : Un tout-terrain aux allures de joujou

Suzuki Jimny : Un tout-terrain aux allures de joujou

Collaboration hispano-japonaise

L’origine de la Jimny remonte à 1997. Cette année-là, Suzuki présente son dernier-né au Salon automobile de Paris, accompagné d’une ribambelle d’hôtesses aguicheuses. Pourtant, la clientèle intéressée sera essentiellement féminine. Rien n’est moins étonnant : avec son format ultra-compact (3,62 mètres de longueur, 1,60 de largeur et 1,70 de hauteur) et son allure ravageuse, le 4×4 3-portes s’impose comme symbole de la femme moderne, décontractée la semaine et sportive le week-end. 

Suzuki l’a voulue à la hauteur de sa mythique prédécesseur, la Suzuki Samurai. La Jimny l’épaulera un temps, avant de la remplacer définitivement en 2003. Samurai et Jimny ont été les tout-terrain emblématiques de la collaboration entre la firme japonaise et la compagnie de production espagnole Santana Motors. Une relation qui débute dans les années 80. En 1999, la compagnie espagnole est la seule à produire un modèle cabriolet 2-portes, d’après la version nipponne classique. La production de la Jimny cabriolet ne s’achèvera qu’en 2009, date définitive de la rupture entre Suzuki et Santana. Quant à la Jimny classique, elle est encore produite partout dans le monde.

Baroudeuse à l’assaut des pistes

Accessible au public, la Jimny s’exporte facilement au Maroc. Elle y rencontre un franc succès, surtout auprès de la classe moyenne. À l’époque, la mécanique satisfait amplement, avec son moteur 1,3 litre essence de 80 chevaux. La nouveauté vient surtout du design extérieur : une silhouette et un pare-brise rectangulaires, mais des lignes arrondies aux angles, et ce jusqu’aux vitres latérales qui épousent la forme d’une nageoire. Les barres de toit et la roue de secours suspendue à l’arrière de la voiture lui confèrent son charme de baroudeuse.

Dans notre beau pays ensoleillé, c’est le modèle cabriolet qui est préféré au modèle classique. 

Mais en règle générale, les performances de la Jimny détonnent, à la fois comme voiture de ville et comme tout-terrain. 

Elle devient l’alliée idéale du week-end en amoureux, sur les plages désertes ou dans la campagne sauvage. Quelques inconvénients, tout de même : l’habitacle est étroit. Il ne faut pas oublier que la Jimny est une 3-portes : on transporte quatre adultes au maximum et les places arrière réservent quelques contorsions peu agréables. 

Sur l’autoroute aussi, où la Jimny est moins adaptée, il vaut mieux ne pas forcer. Mais malgré tout, le 4×4 aux allures de joujou reste l’un des modèles les plus intrépides jamais conçus par Suzuki. Il n’en fallait pas moins pour séduire une partie des Marocains, toujours prêts à sortir des sentiers battus !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *