Suzuki Maroc lance la Maruti-Suzuki 800

Suzuki Maroc lance la Maruti-Suzuki 800

Pour ceux qui en ont marre de prendre le bus ou encore ceux qui veulent se débarrasser de leur mobylette, Suzuki Maroc propose une solution : acheter une voiture. Mais pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit de l’automobile la moins chère du marché. Il s’agit de la Maruti-Suzuki 800.
Comme le montrent ses différents atours, cette voiture est loin d’être une référence en termes d’esthétique et de design. Elle se présente comme une citadine à carrosserie cinq portes dont le look s’inscrit en décalage avec les canons stylistiques actuels. Autre volet un peu «rétro» pour ne pas dire dépassé, sa présentation intérieure qui “fait l’impasse” sur tous les équipements de confort.
Mécaniquement et comme son nom peut le laisser deviner, elle s’anime d’un petit trois-cylindres essence de 800 cm3 qui développe la puissance de 35 chevaux. Là encore, il est question d’un bloc qui recourt à une alimentation des plus rudimentaires à savoir, un carburateur.
Qu’à cela ne tienne ! La Maruti 800 dispose d’une arme redoutable. En effet, c’est la voiture la moins chère du marché. Elle est comme l’a si bien dit le directeur général de Suzuki Maroc, Abdelhanine Belmahi, une auto ultra-économique à tous les niveaux. Son prix est de 65.000 DH TTC, sa vignette fiscale de 350 DH (pour 5 CV fiscaux), sa prime d’assurance de 2.200 DH et sa consommation moyenne de 4 l/100 km. Ce sont là des valeurs qui défient toute concurrence.
A cela s’ajoute une réputation de fiabilité éprouvée. Un argument dont compte bien profiter Suzuki Maroc pour promouvoir le lancement commercial de ce produit. C’est ce que laisse croire ledit responsable qui a aussi précisé que la Maruti 800 bénéficiera de la même garantie que les modèles de la marque Suzuki, soit trois ans ou 60.000 kilomètres (pièces et main-d’œuvre). Mais pour Suzuki Maroc, la Maruti 800 vient avant tout répondre à une large demande et à un but bien précis : faciliter l’accessibilité à l’automobile. Autrement dit, il est question de démocratiser celle-ci encore plus qu’une Fiat Uno ou qu’une Dacia Logan.
«Nous voulons motoriser le pays. C’est là une grande ambition, certes, mais nous en avons les moyens», déclare M. Belmahi. Ce dernier ne manque pas de rappeler quelques performances de cette Maruti dans un marché voisin comme l’Algérie. «C’est la voiture la plus populaire en Algérie… il s’en est vendu un total de 25.000 en 4 ans, soit une moyenne annuelle de 6.000 unités». Au Maroc, les objectifs de ventes que se sont assignés les responsables de Suzuki par rapport à ce modèle restent confidentiels. Quoi qu’il en soit, ce sera au marché d’en décider. A ce juste titre, les trois prochains mois donneront une idée plus précise quant à la réaction de la clientèle marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *