Suzuki Swift 1.3 GL : Pour swinguer en ville

Au moment où le MX-5 de Mazda vient d’être élu «Voiture de l’Année 2005-2006» au Japon, la Suzuki Swift, elle, a été désignée comme étant «la voiture la plus fun» par ce même jury constitué de journalistes nippons. Voilà donc une information qui, si elle n’est pas marocaine, montre au moins combien cette petite Suzuki jouit d’une image sympathique dans son pays natal.
Cette étiquette de voiture au caractère jovial et enjoué, la Swift l’a doit principalement à sa bouille craquante de Mini japonaise. Et, force est de reconnaître que cette petite nippone est assez mignonne avec ses lignes carrées et ses atours arrondis. Pourtant, cette citadine n’a rien de fantaisiste ou d’excessivement original. Son look se résume à un capot court et plongeant, de grandes surfaces latérales vitrées, un hayon vertical ou encore une ceinture de caisse droite et assez relevée.
Ce dernier détail, confère à l’auto une certaine impression de robustesse, tout comme les roues repoussées aux quatre coins de la caisse, lui donnent une assise visuelle importante et laisse supposer une très bonne tenue de route. En outre, on pourrait même approuver la démarche esthétique du constructeur, puisque sa Swift n’a cédé ni à la facilité ni à la mode en adoptant une architecture monovolume et tout en hauteur, à l’image de ce que fait la concurrence (japonaise et européenne) actuellement.
Autre affirmation, la Swift permet incontestablement à Suzuki de sortir de l’anonymat esthétique dans lequel il a plus ou moins évolué ces dernières années. Normal, diront les responsables de la marque, puisqu’ils ont volontairement associé des designers européens à la conception de la Swift.
Berf, le résultat est là et la Swift plaît au premier coup d’œil, surtout dans sa teinte rouge vive. A ce propos, il est intéressant de savoir que toutes les teintes existantes au catalogue, soit huit au total, sont disponibles en stock auprès de Suzuki Maroc. Ce même importateur peut aussi s’attendre à une forte demande pour ce modèle, dont le rapport prix/équipement est l’un des points forts.
Une donne qui concerne également la finition de base, la «GL», qui équipait notre modèle d’essai et qui affiche un niveau d’équipement plus que complet. On y retrouve les deux airbags frontaux, la climatisation manuelle, les quatre vitres et rétros à réglage électrique, un dispositif ABS avec répartiteur électronique de freinage, ainsi qu’un autoradio à lecteur CD frontal, et pas n’importe lequel (un poste VDO-Dayton avec décodeur MP3 et quatre sorties de 40W chacune). Mais bien avant de découvrir tous ces détails, la Swift plait d’emblée par son ambiance intérieure.
Exception faite de quelques plastiques un peu durs (au niveau de la planche de bord) et d’un coffre un peu limité (213 litres de volume), rien n’appelle vraiment à la critique dans l’habitacle de cette petite. Pas même l’habitabilité aux places arrière, qui s’inscrit dans la moyenne supérieure du segment.
Les occupants apprécieront le confort à bord, tandis que le conducteur, bénéficiant d’une bonne position de conduite et d’un remarquable champ de vision, se sentira immanquablement à son aise. Sur la route, les 92 chevaux que développent ce 1.3 litre essence s’avèrent suffisants pour bouger les 1.000 kg de la Swift et lui offrir l’agilité qu’il faut. Sans être un foudre de guerre, l’auto affiche de bonnes reprises en ville et ne manque pas de nerfs pour évoluer en file de gauche sur autoroute, où elle fait également preuve d’une certaine sobriété, avec tout juste 5,1 l/100 km. Pour le reste, le tableau est satisfaisant, presque parfait même. Confort d’amortissement, tenue de route rigoureuse, freinage efficace et rassurant… Que de registres dynamiques sur lesquels la Swift se comporte aussi bien qu’une berline compacte.
Une efficacité des trains roulants qui pourrait très vite faire croire que les ingénieurs des différentes divisions travaillent en synergie au sein de Suzuki, leader incontesté dans le monde de la moto. Enfin, c’est du côté des tarifs, qu’il faut chercher une énième qualité à cette version 1.3 GL, tout juste facturée à 145.900 DH. Un prix pouvant être débattu auprès des commerciaux de Suzuki Maroc. Mais, chut! On ne vous a rien dit.


Le verdict :
Si elle est cubique d’apparence, la Swift n’est assurément pas carrée d’esprit. Conciliant parfaitement entre une utilisation strictement urbaine et une polyvalence à pouvoir prendre le large, la nouvelle citadine de Suzuki est une réussite sur le plan dynamique. Du moins, pour une voiture de ce segment. Et justement, dans sa catégorie, la Swift fait plus que bonne figure, n’ayant rien à envier à ses rivales. C’est notamment le cas sur le plan routier, où cette Suzuki s’en sort avec les honneurs, n’ayant montré aucune lacune. Ainsi, maniable en ville, elle nous a surtout surpris (agréablement) par ses suspensions, à la fois efficaces et bien équilibrées. La Swift peut donc constituer une alternative de choix face aux meilleures citadines du moment, bien qu’elle ne dispose pas encore d’un moteur Diesel.

La technique :
Quatre cylindres en ligne. 1.328 cm3. Injection d’essence multipoint, 16 soupapes. 92 ch/116 Nm. Boîte manuelle à cinq rapports. 175 km/h en vitesse maxi. 6,2 l/100 km en consommation mixte. Jantes en acier et pneus de 14’’. ABS+EBD (répartiteur électronique de freinage).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *