Taxis japonais: Le mode d’emploi !

Taxis japonais: Le mode d’emploi !

Pour peu que vous ayez des yens sur vous et deux mains pour héler un taxi, vous pourrez vous extirper de cette situation délicate ! Au Japon, les taxis ont le mérite d’être nombreux et disponibles 24h sur 24… Mais attention, ils sont aussi très chers !

Look vintage, mais portes automatiques !

Pour les reconnaître, rien de plus simple : ils arborent une plaque d’immatriculation verte et une enseigne lumineuse sur le toit (allumée la nuit si le taxi est libre). Les chauffeurs portent le plus souvent des gants blancs et pilotent des Toyota Crown Deluxe au look un peu vintage mais au confort efficace. Ils sont de couleur jaune, noire ou orange. Il suffit de leur faire un signe de la main pour les appeler dans la rue. A proximité d’une gare, d’un cinéma ou d’un temple, ils seront tous amoncelés sur les places de stationnement réservées. Contrairement à chez nous, un taxi libre au Japon arborera une petite enseigne rouge en bas à droite du pare-brise. Elle passera au vert dès qu’il se mettra en course. Pas besoin de vous prendre la tête pour ouvrir la portière, le chauffeur s’occupera d’ouvrir et de fermer les portières à l’aide d’une commande près de son volant. Rappelez-vous de ne pas claquer la portière en sortant, ça fait mauvais genre au Japon et puis c’est écrit (en japonais !) sur l’autocollant posé en évidence sur la portière arrière ?

Pas de pourboires ni de marchandages…

Il convient de rappeler encore une fois que les taxis coûtent cher au Japon. En revanche, si vous êtes nombreux, vous pouvez diviser la poire jusqu’en… quatre !  En effet, les taxis japonais acceptent jusqu’à 4 voyageurs à la fois. Les tarifs habituels supposent un forfait de départ d’environ 800 yens (70 DH environ) pour les deux premiers kilomètres, auxquels s’ajoute ensuite un tarif au kilomètre d’environ 400 yens (33 DH).

Le tarif de nuit (entre 22h et 5h du matin) vous coûtera 20% plus cher. Privilégiez le paiement en espèces au Japon. Si vous disposez d’une carte internationale, vérifiez si le logo de la vôtre figure sur la fenêtre du taxi avant de le prendre ! Rappelons enfin qu’il est très mal vu de laisser un pourboire au Japon car on considère comme si le travail que l’on fait n’est pas rétribué à sa juste valeur, alors évitez de le faire ! Évitez également de négocier le prix de la course avec le chauffeur ! Mais une chose est sûre, vous aurez toujours le sourire du chauffeur en option !
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *