Thomas Anastaze : «le Q7 est un gros succès»

ALM : Au terme de l’année 2006, quel bilan commercial peut-on dresser pour la marque Audi au Maroc et dans le monde ?
Thomas Anastaze : 2006 aura été une année exceptionnelle pour Audi au Maroc, puisque pour la troisième année consécutive, ses ventes s’inscrivent en nette progression. Pour l’évolution entre 2005 et 2006, la croissance est d’environ un peu plus de 40%, ce qui est largement supérieur à l’augmentation du marché marocain en général et celui du segment premium en particulier, qui a progressé d’environ 25%. Plus précisément, nous avons clôturé l’année 2006 avec plus de 500 ventes pour la marque Audi, ce qui constitue un gap important par rapport au volume réalisé en 2005 et qui était exactement de 364 unités.
Le facteur principal de cette performance tient au lancement du Q7 en milieu d’année à l’occasion du Salon Auto-Expo. Nous avons rencontré une demande qui dépassait nos espérances et le succès ne se dément toujours pas, puisque nous continuons à enregistrer un nombre important de commandes pour ce modèle, avec une cannibalisation mineure par rapport aux autres modèles de la gamme Audi et en particulier l’A6 qui s’inscrit pratiquement dans la même catégorie de prix. Aujourd’hui, le Q7 est un gros succès commercial. Malheureusement, la production n’arrive pas trop à suivre la forte demande que connaît ce modèle à l’échelon mondial. Et justement, au niveau international, Audi a battu pour la quinzième année consécutive son record de ventes annuelles, en ayant livré plus de 900.000 véhicules en 2006.

Quels sont les modèles les plus vendus de la marque Audi au Maroc ?
Le véhicule le plus vendu de la gamme Audi au Maroc en 2006 est de loin l’A6 avec quelque 144 unités. Cette performance est une réussite par rapport à notre stratégie qui, depuis quelques années, visait à repostionner le gros de nos ventes sur le segment des berlines haut de gamme. Juste derrière, on trouve des modèles de gabarit inférieur comme l’A4 et l’A3. Maintenant, si on devait se prononcer sur le modèle le plus vendu par mois, c’est le Q7 qui aurait pu ressortir en tête, s’il avait eu une année complète de commercialisation. Et justement, s’agissant du Q7, il aura été vendu à 90 exemplaires en 2006, avec en plus une cinquantaine d’unités déjà commandées et encore à livrer dans les premiers mois de 2007.

Finalement, l’objectif de dépasser les ventes de BMW n’aura pas été atteint en 2006. Quelle conclusion en faites-vous ?
Peu importe, car nous sommes sur une dynamique plus intéressante, puisque nous sommes sur une croissance deux fois supérieure à celle de l’importateur marocain de BMW. En fait, ce qui nous a empêchés de dépasser BMW en 2006, c’est le fait que nos gammes ne sont pas sur le même rythme de renouvellement. BMW a eu l’occasion de lancer cette année sa nouvelle Série 3, qui est le modèle le plus vendu de sa gamme. Le X3 est, lui aussi, un modèle qui marche bien, et en tout cas, plus que le X5 qui est en perte de vitesse. Pour notre part, et sur le segment du gros 4×4, nous avons eu plus de succès avec le Q7, qui n’a été commercialisé que sur les six derniers mois de 2006. Je pense que l’année 2007 devrait être plus révélatrice en modèles comparables, puisqu’à partir du printemps prochain, nous étofferons notre gamme par l’arrivée de l’A5 qui sera un coupé en concurrence directe avec celui de la BMW Série 3.

Pensez-vous que le succès du Q7 se prolongera en cette année 2007 avec l’arrivée des versions reliftées du Porsche Cayenne et du Volkswagen Touareg ? Ne craignez-vous pas, par ailleurs, qu’il y ait une «cannibalisation» entre ces trois 4×4 de luxe, vendus pratiquement dans les mêmes showrooms ?
Il est vrai que les deux cousins du Q7, qui partagent avec lui partiellement la même plate-forme et plusieurs organes, jouent au niveau tarification sur des budgets similaires. Maintenant, si on analyse un peu les ventes de ces trois modèles, on remarque que le Touareg s’est encore très bien vendu en 2006 et même mieux que les années précédentes, ce qui montre qu’il n’a pas été cannibalisé par le Q7. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces deux modèles ont une philosophie assez différente et une clientèle spécifique. L’acheteur qui préfère un Q7 n’apprécie pas vraiment un Touareg et vice-versa. Quant au Cayenne, qui se rapproche plus de la philosophie du Q7, il a la particularité d’avoir des motorisations strictement essence, alors que 90 % des ventes du Q7 sont des versions Diesel.

A quand l’arrivée de la version V12 TDI du Q7 ?
La version V12 TDI du Q7 qui reprend le moteur de l’Audi victorieuse aux 24 Heures du Mans en 2006, a été présentée à la presse internationale il y a quelques mois, sous forme de prototype. A terme, ce dernier va donner lieu à une version de série, mais qu’on ne devrait voir arriver en concession qu’au courant de l’année 2008. Car pour ce type de véhicule, il est question de tests et de développements plus poussés, puisqu’il s’agit quand même d’un moteur d’environ 500 chevaux et plus de 1.000 Nm de couple. Ce qui est intéressant également, c’est aussi de savoir que c’est cette version V12 TDI qui assurera la déclinaison sportive pour le modèle Q7, contrairement aux autres modèles (S et RS) de la gamme.

Quelle projection faites-vous pour le marché du luxe au Maroc en 2007 et pour Audi en particulier ?
Les acteurs du segment premium étant bien connus au Maroc, ce marché devrait continuer sur un trend positif.
C’est toujours difficile pour nous de supputer à l’avance si cette évolution sera de l’ordre de 10, 20  ou 30%, puisqu’elle dépend en grande partie du climat de l’économie générale. Néanmoins, je pense qu’il faudrait être optimiste pour cette année 2007, pour laquelle nous affichons des objectifs de ventes allant de 550 à 600 unités.C’est là un objectif assez raisonnable, d’autant plus que nous avons plusieurs nouveautés qui arriveront cette année, comme le TT roadster et le coupé A5, sans compter de nouvelles motorisations pour les autres modèles de la gamme. Donc, globalement, nous n’avons aucune raison de ne pas croire que la marque Audi continuera à progresser dans les années qui viennent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *