Toyota détrône son rival Ford

Toyota détrône son rival Ford

Ford a annoncé la semaine dernière avoir immatriculé 2,57 millions de véhicules aux Etats-Unis sur l’année écoulée, contre 2,62 millions pour Toyota.
General Motors (GM), dépassé pour la première fois de son histoire par Toyota en termes de ventes mondiales au 1er semestre, est resté maître chez lui, avec 3,87 millions de véhicules vendus l’an dernier aux Etats-Unis.
Le marché américain a fait les frais en 2007 du ralentissement économique, avec des ventes en recul de 2,5% sur un an (à 16,15 millions d’unités), selon le cabinet Autodata. Dans ce contexte difficile, les trois constructeurs locaux – GM, Ford et Chrysler – ont poursuivi de lourdes restructurations pour regagner du terrain face à leurs rivaux asiatiques, en progression régulière.
L’an dernier, Toyota a affiché des ventes «record» et en hausse de 2,7%. Il a expliqué ses performances par «des produits de qualité formidable, qui ont aidé les consommateurs à faire leurs choix dans un marché très volatil».
Parmi les modèles à succès de Toyota figurent les véhicules à propulsion hybride essence/électricité. Son modèle Prius, sorti en 1997 au Japon et lancé en 2001 au niveau mondial, a vu ses ventes américaines bondir de 44% en 2007. Mais son gros 4×4 Toundra – un segment jusqu’ici resté le pré-carré des constructeurs américains – a pu afficher des ventes en hausse de 57%.
Face au rouleau compresseur japonais, Ford a expliqué le recul de 12% de ses ventes par l’impact de sa restructuration: priorité donnée aux ventes aux acheteurs individuels – avec en corrolaire la baisse des ventes, moins rentables, aux gestionnaires de flotte – fermetures d’usines et lancements encore récents des nouveaux modèles qui portent ses espoirs.
Ford n’a pas promis un redressement très marqué pour l’année en cours, puisqu’il invoque un «environnement difficile» .
«Nous restructurons notre activité pour être rentables avec une demande moindre (en volume) mais avec un meilleur «mix-produit+, tout en accélérant la sortie de nouveaux véhicules que les consommateurs veulent ache-ter». Selon Ford, ses nouveaux «crossover», des véhicules de loisirs dotés d’un moteur plus économe, ont dégagé les meilleures performances de ce segment de marché.
«Nous avons encore du travail à faire pour atteindre notre objectif, qui est d’être rentable dans toutes nos activités», a poursuivi Ford, dont les activités automobiles nord-américaines sont déficitaires.
Chez GM, qui accuse des ventes en recul de 6%, les explications sont de même nature que chez Ford. Mais GM semble avoir une longueur d’avance, et a fait mieux qu’attendu par les analystes. «Nous avons exécuté cette année notre stratégie de lancement de nouveaux véhicules, et les résultats se font sentir dans la stabilisation de nos parts de marché», a souligné GM.
Chrysler, repris cet été par le fonds Cerberus, a limité à 3% le recul de ses ventes en 2007, à 2,07 millions d’unités.
Les deux autres principaux acteurs du marché, les japonais Honda et Nissan, ont publié des ventes annuelles de respectivement 1,55 million d’unités, en hausse de 2,5%, et 1,06 million, en hausse de 4,5%.
Selon Autodata, GM détenait fin 2007 23,5% du marché contre 24,3% fin 2006, Toyota 16,2% (contre 15,4%), Ford 14,8% (contre 16,4%), Chrysler 12,9% (inchangé), Honda 9,6% (contre 9,1%) et Nissan 6,6% (contre 6,2%). Les trois constructeurs nationaux détiennent ensemble 51,1% du marché, contre 53,7% un an plus tôt.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *