Toyota Motors Corporation : Numéro un mondial en 2007

En 2007, le groupe Toyota —qui comprend les marques Toyota, Daihatsu et Hino— aura fabriqué 9,51 millions de véhicules, soit 5% de plus qu’en 2006, a annoncé son P-dg Katsuaki Watanabe lors d’une conférence de presse à Nagoya, fief historique du constructeur dans le centre du Japon.
General Motors (GM), pour sa part, estime sa production en 2007 à 9,259 millions de véhicules, selon des chiffres publiés sur son site Internet.
On ignore encore si Toyota se sacrera également numéro un mondial en termes de ventes. Il a annoncé mardi qu’il prévoit d’avoir vendu 9,36 millions de véhicules dans le monde en 2007, soit 6% de plus qu’en 2006. GM doit pour sa part dévoiler ses chiffres début janvier.
En matière de performances commerciales, les deux constructeurs sont restés au coude-à-coude tout au long de l’année: les ventes de Toyota ont dépassé celles de GM au premier trimestre, mais le géant américain a légèrement repris le dessus au cours des deux trimestres suivants.  Toyota dépasse déjà GM depuis longtemps en termes de bénéfices. En matière de capitalisation boursière, Toyota vaut environ dix fois plus que son concurrent américain en difficulté. Mais, fidèle à son habitude, M.Watanabe a soigneusement évité d’aborder le sujet. «Il n’y a pas de croissance sans qualité. Notre croissance sera toujours le résultat de l’amélioration de la qualité», a-t-il sobrement affirmé. Selon les analystes, cette modestie s’explique par la volonté de Toyota de ne pas humilier les Etats-Unis, et de prévenir un retour de bâton protectionniste de la part de Washington contre les voitures japonaises.
«Il est évident que Toyota a dépassé General Motors. Mais l’an prochain, il y aura une élection présidentielle et un nouveau gouvernement aux Etats-Unis. Toyota fait profil bas car il ne veut pas avoir des ennuis politiques sur le dos, en plus de l’affaire des «sub-prime» qui est déjà un gros problème pour lui», a commenté Koji Endo, analyste au Crédit Suisse. La spectaculaire ascension de Toyota ces dernières années s’explique essentiellement par le succès aux Etats-Unis de ses véhicules économes en carburant. Le groupe met de plus, ces dernières années, l’accent sur les pays émergents, afin de s’assurer un relais de croissance. Le groupe nippon, qui a fêté en 2007 ses 70 ans, avait annoncé en août qu’il prévoyait d’atteindre en 2009 les dix millions de véhicules vendus dans le monde, un seuil encore jamais franchi par aucun constructeur. Si l’on en croit les prévisions dévoilées mardi, ce chiffre mythique sera presque atteint dès 2008. Toyota a en effet relevé à 9,85 millions de véhicules (+5% par rapport à 2007) son objectif de ventes pour l’an prochain, contre 9,80 millions prévus dans un premier temps. Son objectif de production a été porté à 9,95 millions de véhicules (+5% sur un an).
«M. Watanabe est un peu trop optimiste», a objecté M. Endo, l’analyste du Crédit Suisse, selon qui l’étendue du problème des prêts hypothécaires à risques («subprime») aux Etats-Unis et l’impact de cette crise sur le marché automobile américain sont «les très grosses inconnues de 2008». «Les bénéfices de Toyota augmentent sans arrêt depuis sept ou huit ans, mais pour la première fois, ils pourraient diminuer l’an prochain», prédit-il, estimant que les problèmes de l’économie américaine, alliés à l’appréciation du yen face au dollar, à la hausse du pétrole et à d’autres problèmes, «pourraient infliger à Toyota ses pires migraines en une décennie».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *