Un boss qui croit en la boîte auto

Un boss qui croit en la boîte auto

Carlos Ghosn, dauphin et non moins (très prochainement) successeur de Louis Schweitzer à la tête du groupe Renault-Nissan est assez connu dans le secteur automobile pour avoir réussi à redresser des firmes comme Michelin et surtout Nissan. Ce dernier manufacturier, qu’il dirige depuis 1999, est d’ailleurs devenu, grâce à lui, le deuxième constructeur automobile japonais est l’un des plus rentables au monde après Porsche. Aujourd’hui, ou plus précisément lundi dernier, M. Ghosn a déclaré que Nissan a l’intention de quadrupler d’ici trois ans sa production de véhicules équipés d’une boîte de vitesses automatique à transmission variable en continu (CVT).
Par rapport à une boîte automatique classique, les boîtes dites CVT permettent, de par leur technologie (elles recourent souvent à une courroie métallique qui est reliée à une paire de poulies en forme de cônes ), d’exploiter à 100 % le couple du moteur et de le transmettre aux roues motrices.
En résulte alors une baisse significative de la consommation de carburant par rapport à celle d’un véhicule équipé d’une boîte automatique classique. Un porte-parole de Nissan Motor avait déjà annoncé le 18 février, l’intention du constructeur d’accroître sa production de ce type de modèles, mais n’avait pas donné une quelconque précision à ce sujet.
Pour ce qui est de la fabrication proprement dite de ces boîtes, elle sera confiée à Jatco, sa filiale spécialisé dans l’usinage de tout types de transmissions. Pour répondre à cette forte demande (quadruplée) en production de boîte CVT, Jatco a déclaré devoir investir quelque 20 milliards de yens (environ 190 millions de dollars), dont Nissan devrait, en toute logique, apporter une participation substantielle. Curieusement, ce dernier n’a pas précisé combien il comptait investir lui-même dans cet investissement.
Une telle annonce ne peut que faire sensation dans les milieux industriels, puisqu’elle se traduit par des ambitions de volumes sensiblement revues à la hausse par M. Ghosn. En effet, le cousin japonais de Renault (qui le contrôle à 44 %), a précisé qu’il comptait vendre un million de voitures équipées de boîtes automatiques CVT à travers le monde, et ce, à l’horizon 2008.
Soit quatre fois plus qu’actuellement, puisque pour l’exercice en cours, le total estimé est de 250.000 unités (voitures à boîtes CVT). Ce genre de véhicules représente actuellement 7 % des ventes de Nissan Motor dans le monde. Mais ses propres analystes s’attendent à ce que ce chiffres évolue jusqu’à atteindre environ 24%. Actuellement, plusieurs constructeurs automobiles proposent des voitures à boîtes automatiques CVT.
Parmi eux, on pourrait notamment citer le cas de l’allemand Audi. Ses boîtes CVT, plus connues sous la dénomination commerciale Multitronic, ont la particularité d’employer non pas une courroie crantée, mais carrément une chaîne, avec à la clé, aucun à-coups de transmission (phénomène désagréable et récurant engendré par le passage des vitesses sur une boîte classique).
Nissan, lui, fait presque figure de pionnier. En effet, la première génération de la Micra (lancée au début des années 90) était l’une des première voitures (de surcroît citadine) à en bénéficier. Aujourd’hui, sa remplaçante en hérite dans une configuration encore plus sophistiquée.
Soit la même génération qui équipe le 4×4 Murano, mais pouvant supporter plus de couple moteur. Reste enfin à préciser que les enseignants-chercheurs en matière d’ingénierie mécanique, voient en la boîte automatique CVT, l’avenir de la transmission, qui devrait, au cours des prochaines décennies, définitivement remplacer les systèmes actuels. Dès lors, la décision de Carlos Ghosn, semble faire de lui l’un des patrons les plus visionnaires dans l’industrie automobile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *