Un festival de nouveautés

Un festival de nouveautés

Quand l’Allemagne célèbre l’automobile en grande pompe, cela ne peut être que l’«Internationale Automobil Ausstellung» (IAA), qui n’est autre que l’appellation allemande du Salon automobile de Francfort. Cette exhibition, qui se tient une fois tous les deux ans en septembre, soit en alternance avec le Mondial de Paris, en est à sa 61ème édition cette année. A l’image des autres grands Salons automobiles, la tendance est immanquablement aux coupés sportifs et aux concept-cars d’exception. Ces études de style, comme on les appelle également, ne sont pas forcément des modèles futuristes que les constructeurs disposent sur leur stand pour faire joli. Elles ont aussi et surtout le rôle de jauger l’avis et les réactions du public.
Mais plus que jamais, le Salon de Francfort reste la meilleure occasion pour les constructeurs allemands d’étaler tout leur savoir-faire, technologique ou stylistique.
C’est le cas de la marque Audi qui présentera le Q7. Il s’agit de son premier vrai 4×4 haut sur pattes, dont la commercialisation est prévue pour mars 2006. Arborant le nouveau design Audi, le Q7 s’étend sur 5,09 m de long et sera suffisamment spacieux pour accueillir 7 places à bord. Doté d’un équipement riche et de puissants moteurs (V8 4.2 l de 350 ch et V6 3.0 l TDI de 233 ch) il se veut une alternative de choix aux références du segment des 4×4 de luxe que sont le Porsche Cayenne et le Volkswagen Touareg.
Sur le stand de Citroën, les visiteurs pourront découvrir de près la grande C6, le nouveau vaisseau amiral de la marque aux chevrons. Mais à ses côtés sera dévoilé le C-SportLounge. Un concept-car au look futuriste et très aérodynamique, arborant des portes inversées et un toit panoramique en verre. Il s’agit là d’une remarquable interprétation de ce que pourrait être l’avenir stylistique au sein de la marque Citroën.
Chez Fiat, la toute dernière nouveauté s’appelle Grande Punto. Un nom qui veut tout dire. La future remplaçante de l’actuelle Punto voit, en effet, ses mensurations exploser, avec notamment une longueur de 4,03 m (soit 19 cm de plus). De quoi peut-être offrir la meilleure habitabilité dans le segment des citadines (ou compactes devrions-nous dire). Mais avant tout, la Grande Punto est incontestablement une réussite sur le plan esthétique, arborant quelques ingrédients puisés du côté de Maserati.
Pour sa part, Ford ne manquera pas d’attirer curieux et autres passionnés, grâce au Iosis concept. Il s’agit là d’une étude de style aux allures de coupé quatre portes, préfigure en fait une future grande familiale appelée à succéder à l’actuelle Mondeo. Futuriste par ses gadgets (les rétros extérieurs ont été remplacés par une caméra intégrée au bouclier arrière), ce somptueux prototype l’est aussi par sa carrosserie. Celle-ci se distingue notamment par ses quatre portes papillon inversées. Un beau chef-d’œuvre pour la marque à l’ovale bleue.
Du rêve à la réalité et dans un registre, somme toute, plus abordable, Honda lèvera le voile sur la remplaçante de la Civic. Cette huitième génération de la plus populaire des compactes japonaises marque une nouvelle ère dans le design Honda. Renouant avec l’originalité, la future Civic annonce en revanche des mensurations en léger repli par rapport à l’actuelle. Mais cela ne l’empêchera pas d’offrir une habitabilité et une modularité exemplaires à la manière de sa petite sœur, la Jazz.
Pour Kia Motors, Francfort sera un grand Salon. Et pour cause, le constructeur coréen y lèvera le voile sur la toute nouvelle Optima. Bien que la version actuelle ne date que d’il y a trois ans, Kia a jugé opportun de repenser sa familiale. En fait l’enjeu pour celle-ci est crucial : s’imposer sur trois grands marchés (nord-américain, européen et asiatique) voire même ceux de l’Afrique du Nord. Pour cela, la future Optima pourra compter sur sa ligne très réussie, mais aussi et surtout, sur une évolution du moteur Diesel du groupe à savoir, le 2.0 CRDi.
Poursuivant le renouvellement de sa gamme, Jaguar profite de l’exhibition allemande pour y présenter le remplaçant de son modèle sportif, le coupé XK. Un bolide remarquablement crayonné par le styliste maison, Ian Callum. Outre ses lignes galbées et aérodynamisme poussé, la carrosserie se distingue par sa structure en aluminium. Un matériaux qui augmente de 90% la rigidité du véhicule et limite son poids à moins de 1,6 tonne. Loin de faire dans la dentelle, ce coupé peut abattre le 0 à 100 km/h en 6,2 s, grâce à son V8 4,2 litres de 304 chevaux. Par ailleurs, le constructeur de Coventry annonce un équipement ultra-sophistiqué, à l’image du système «Forward Alert». Une sorte de radar, qui scanne l’état de la route et alerte le conducteur d’un risque de collision imminente.
Chez Mitsubishi, le Salon de Francfort sera une énième occasion pour dire qu’il sait aussi fabriquer de belles voitures de tourismes et non pas uniquement des 4×4. Comment ? En présentant le Concept Sportback. Un véhicule dont les caractéristiques techniques n’ont pas encore été révélées, ne laissant ainsi place qu’à un large commentaire de sa plastique. Et à ce titre, cette étude de style ne manque vraiment pas de personnalité. Ceci étant, on sait que le développement de ce véhicule cinq portes a profité de l’expérience de Mitsubishi en matière de 4×4, puisqu’une version à transmission intégrale est prévue.
Pour un constructeur aussi puissant que Toyota, le Salon de Francfort est une grande manifestation dont il faut profiter au maximum. Du coup, le premier groupe automobile japonais expose fièrement deux grandes nouveautés. La première n’est autre que la remplaçante de l’actuelle Yaris, qui sera toujours assemblée dans l’usine française située à Valenciennes. Aux côtés de cette citadine, une autre nouveauté, tout aussi attendue : la troisième génération du Rav4. Doté d’un design inédit, mais en conformité avec le style de la gamme actuelle, le nouveau Rav4 opte toujours pour des facettes anguleuses et quelques galbes. Objectif : plaire à la clientèle européenne, comme l’a bien pu faire son devancier. A bord, le constructeur avance une habitabilité améliorée et complétée par une meilleure modularité. Mais surtout, Toyota annonce des solutions techniques plus modernes, dont un système entièrement électronique (l’«Integrated Active Drive System») pour la gestion de la répartition du couple moteur, sans intervention aucune du conducteur.
Bref, le Salon de Francfort promet d’être riche en nouveautés, avec à la clé une forte affluence des visiteurs. S’il fallait une preuve que ni les constructeurs ni les amateurs de quatre roues ne sont découragés par l’envolée frénétique des cours du pétrole…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *