Un nouveau patron pour Audi

Un nouveau patron pour Audi

Il y a une semaine, les membres du comité de surveillance d’Audi se réunissaient. Objet de ce meeting : désigner un nouveau président du directoire de la marque aux anneaux, qui rappelons-le, est une filiale du groupe Volkswagen. Car,  justement, Martin Winterkorn, qui était jusqu’ici le patron d’Audi, a été désigné pour prendre les commandes du groupe VW après le départ de Bernd Pischetsrieder.
La présidence d’Audi n’allait donc pas rester vacante et ce sont les membres dudit comité de surveillance qui en ont décidé : ce sera Rupert Stadler qui occupera ce fauteuil. M. Stadler, qui était jusque-là directeur financier d’Audi AG,  prendra ses nouvelles fonctions dès le 1er janvier 2007.
Pourquoi lui et pas un autre ? Une question à laquelle les rumeurs vont bon train, notamment à travers la presse allemande. Selon certaines publications locales, «Rupert Stadler a “coiffé sur le fil“ le directeur de la production d’Audi, Jochem Haizmann. Ce dernier aurait finalement été écarté car les représentants des salariés, très puissants dans l’entreprise, lui reprochaient ses états de service de tueur de coûts». Il se dit aussi que le nouveau patron d’Audi a été retenu du fait qu’il soit très proche du président du conseil de surveillance et véritable maître de Volkswagen, Ferdinand Piëch.
Même la presse française s’en fait ses échos, invoquant que «le patron sortant d’Audi a pesé de tout son poids pour que Rupert Stadler lui succède».
Quoi qu’il en soit, la tâche de Rupert Stadler ne s’annonce pas facile.
Car cet homme, âgé de 43 ans, devra non seulement consolider les résultats jusqu’ici atteints par Audi, mais aussi réaliser l’un de ses objectifs les plus ambitieux, à savoir atteindre le million d’unités produites à l’horizon 2008.
Pour rappel, le constructeur aux anneaux aura produit quelque 830.000 véhicules en 2005.
Mais au-delà de toutes les attentes industrielles et commerciales, M. Stadler devra surtout s’atteler à améliorer encore plus l’image et les finances de la marque aux anneaux, qui reste toujours la filiale la plus rentable du groupe VW.
En attendant et durant les premières semaines de l’année prochaine, le nouveau patron d’Audi conservera temporairement ses fonctions de directeur financier, jusqu’à ce qu’on lui désigne un successeur. Il aura donc le privilège d’établir l’un des bilans les plus flatteurs qu’a connus le constructeur basé à Ingolstadt.
L’année 2006, aura été plus que profitable grâce notamment aux excellentes ventes réalisées par les nouveaux modèles de la gamme et en particulier le Q7. Quant aux modèles S4, TT et R8, ils auront surtout réussi à confirmer, une fois de plus, l’étiquette sportive dont se réclame Audi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *