Usine Oyak-Renault : le modèle turc

Usine Oyak-Renault : le modèle turc

Certains Marocains le savent plus que beaucoup d’autres : Renault possède un important complexe industriel en Turquie. Ceux qui le savent, ce sont surtout les (ex)propriétaires de R9, R19 (Chamade), Mégane tricorps, Scénic, Clio Classic… C’est dire combien de modèles du losange sont assemblés dans cette usine située à Bursa. Créée en 1969 par le groupe turc Oyak, ce site a démarré sa production 2 ans plus tard. Au départ, seule la Renault 12 y était assemblée avec une capacité initiale de 20.000 véhicules par an, puis la R9, dès 1985, au volume de 40.000 unités/an. Mais, au début des années 90, tout allait vite évoluer. D’abord, au niveau de l’actionnariat. Car en rachetant les parts de Yapi Kredi (en 1992), Renault est devenu l’actionnaire majoritaire de Oyak-Renault. Ensuite, au niveau du volume, puisqu’en 1994, le site atteint une capacité de 160.000 unités par an et produit son millionième véhicule. Aujourd’hui, cette usine qui s’étale sur quelque 51 hectares, emploie plus de 6.200 personnes et peut produire jusqu’à 360.000 véhicules par an. Avant de démarrer notre visite d’une partie de l’usine, la présentation que l’on nous fait sur écran nous apporte déjà plusieurs faits marquants. L’usine Oyak-Renault est la plus grande entreprise de Bursa, le deuxième constructeur de voitures particulières en Turquie (avec une part de 46%) et la cinquième plus grande entreprise du pays. De ses chaînes de montage sont déjà sorties les voitures les plus vendues de Turquie (Mégane Classic et Symbol), qui plus est s’exportent vers plus de 100 pays sur 5 continents. En 2008, ses installations ont assemblé 286.695 véhicules, 135.820 moteurs, 254.139 boîtes de vitesse et 286.697 trains roulants !
Nos premiers pas dans l’usine se font dans la partie emboutissage et carrossage. Dans un brouhaha répétitif, nous découvrons alors 5 lignes de presse qui battent très fort quelque 95.000 tonnes de tôles chaque année. Et qu’il s’agisse de la tôlerie, de la peinture, du montage ou de la finition, toutes ces chaînes ont une capacité de 60 véhicules par heure. Tout aussi grande, la partie mécanique abrite d’importantes installations pouvant produire 74 moteurs par heure et 7.120 boîtes de vitesses par semaine. Autre particularité de l’usine, tous les véhicules sont montés sur la même ligne d’assemblage. Ici, sont actuellement produites les Renault Clio III, Clio III Estate, Symbol et Fluence. Et aucun véhicule finalisé ne prend son chemin vers le monde extérieur avant d’avoir été vérifié et testé. Mais surtout, un centre de qualité prend toutes les heures deux ou trois véhicules au hasard, lesquels sont soumis à de minutieux contrôles et à des vérifications en tout genre. Objectif : détecter une éventuelle faille, anomalie ou imperfection avec comme objectif un taux de 20 (bientôt 10) problèmes par million. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que l’usine a déjà été certifiée ISO 9001 (en 1995) et ISO 14001 (en 1999). D’ailleurs, et preuve qu’elle répond largement aux standards internationaux, cette usine a été désignée par Renault pour produire la version électrique de la Fluence. À cet effet, le groupe français est en passe d’investir plus de 100 millions d’euros supplémentaires dans ce même complexe industriel. Bref, Oyak-Renault incarne plus que le modèle turc : une référence industrielle à suivre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *