V10 BMW : élu « Moteur de l’Année 2005 »

V10 BMW : élu « Moteur de l’Année 2005 »

Motoriste de renom, le constructeur BMW se fait bien reconnaître ses prouesses. Il y a d’une part ses clients, à la fois puristes et connaisseurs, qui savent apprécier le plaisir de conduite procuré par ses modèles… Mais il y a aussi les journalistes de la presse automobile, qui -comme pour l’élection de la «Voiture de l’Année»- désignent tous les ans les meilleurs moteurs par catégorie, ainsi que celui qui aura le titre de «Moteur de l’Année». Et  cette année, cette distinction très prisée est revenue à la marque à l’hélice, pour le compte du dix-cylindres qui anime les M5 et M6.  L’élection s’est déroulée au tout début de ce mois, lors du Salon «Engine Expo», qui s’est tenu récemment (du 31 mai au 2 juin 2005) à Stuttgart. Au total, quelque 56 grands journalistes de la presse spécialisée, issus de 26 pays, ont gracieusement accepté d’apporter leurs appréciations sur toutes les récentes mécaniques de la production automobile internationale et… d’en distinguer les meilleures. Les moteurs sont évalués par un système de points portant sur différentes caractéristiques : l’économie de carburant, le bruit, la puissance et le comportement routier.
Véritable joyau mécanique, le V10 vainqueur de l’élection a été développé par les ingénieurs de BMW et destiné, autant aux deux modèles précités, qu’aux monoplaces de Formule 1 de l’écurie Williams-BMW. Inutile donc de rappeler tout le savoir-faire, la sophistication et la puissance qui y sont intégrés. Ses caractéristiques se passent de tout commentaire : 507 chevaux de puissance (à 7.700 tr/min), pour un couple de 520 Nm (à 6.100 tr/min), soit un rapport cylindrée/puissance de 101,4 ch par litre ! Deux faits sont encore plus remarquables. D’une part, le poids de ce bloc, qui n’excède pas les 240 Kg. Et d’autre part, ses valeurs (de puissance et de couple), qui ont été atteintes par le simple travail des motoristes bavarois, c’est-à-dire sans recourir à la plus courante des solutions de facilité, consistant (comme le fait usuellement Mercedes) à greffer un turbocompresseur.
En plus du premier prix de «Moteur de l’Année 2005», ce V10 hautes performances a également reçu trois autres distinctions : «Meilleur Moteur lancé en 2005», «Meilleures performances 2005» et «Meilleur moteur pour les cylindrées supérieures à 4.0 litres». Outre le V10, deux autres motorisations de la marque ont été primées durant cette même élection. Ainsi, dans la classe des cylindrées diesel comprises entre 2.5 et 3.0 litres, c’est le six cylindres en ligne 3.0 litres de la 535d qui s’est distingué avec sa suralimentation étagée (ou turbos à double étage). Vainqueur dans la classe des cylindrées comprises entre 3.0 et 4.0 litres, le six cylindres en ligne de la M3 a, lui, été plébiscité pour la cinquième fois consécutive. Un succès sans précédent, qui a largement contribué à asseoir la réputation de BMW comme l’un des motoristes les plus talentueux au monde. Au total, et ayant remporté six distinctions durant cette élection, BMW devient le constructeur le plus primé dans l’histoire de l’élection du Moteur de l’Année. Car depuis la création de cette compétition, il y a tout juste sept ans, le motoriste allemand a déjà raflé 26 trophées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *