Voiture «Big data» versus «voiture-plaisir»

Voiture «Big data»  versus «voiture-plaisir»

Les voitures deviennent de plus en plus autonomes vis-à-vis de l’homme, mais l’homme n’est-il pas entrain de perdre peu à peu de son autonomie face à la voiture ?

Certains ont la passion de l’automobile, tandis que d’autres, plus geeks, vouent une passion indéfectible pour la voiture autonome. Sauf que cette passion pour la voiture autonome est en passe de l’emporter sur la passion pour l’automobile ! Vous n’êtes pas sans savoir que la voiture autonome est l’une des thématiques actuellement les plus en vogue.

Il y a 6 années de cela, Google s’était lancé dans ce projet que beaucoup avaient à l’époque considéré comme farfelu et irréalisable. Aujourd’hui, presque tous les constructeurs s’y sont mis et pas une semaine ne s’écoule sans qu’une marque ne dévoile ses démonstrations sur route, en vantant les prouesses techniques de ses voitures connectées tout droit venues du futur. La «bagnole» connectée est donc indubitablement en train de sonner le glas de la «voiture-plaisir», symbole de liberté, que l’on aime conduire nous-mêmes sans qu’un robot ne le fasse à notre place. Dans un futur proche, tout le monde pourra s’offrir le luxe de posséder son propre chauffeur attitré : ce sera la voiture elle-même!

Elle vous conduira où vous voulez, d’une simple intonation de votre voix ! Elle s’arrêtera elle-même à la pompe pour faire le plein de carburant, décidera des routes et trajets à prendre et sera extraordinairement respectueuse du code de la route ! Mais dans tout cela que restera-t-il vraiment de la part de plaisir ? Parions qu’il ne restera pas grand-chose…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *