Voiture de l’Année 2006 : Les 7 finalistes

Chaque année en novembre, un comité d’organisation de l’élection de la «Voiture de l’Année» en Europe, révèle l’heureuse élue qui aura remporté ce fameux Trophée. Un prestigieux titre découlant du vote d’un jury, composé de 58 issus de 22 pays européens et constitué essentiellement de grands journalistes automobiles européens.
Des rédacteurs, essayeurs ou chroniqueurs travaillant au sein de grandes publications spécialisées. Parmi celles-ci, on pourrait citer le mensuel français «L’Automobile Magazine», son confrère britannique «Autocar», ou encore le journal néerlandais Autovisie, qui est même l’un des membres fondateurs du Trophée de la Voiture de l’Année en Europe. Pour être éligible à ce titre, un modèle doit être disponibles dans au moins 5 marchés européens et prouver un potentiel minimal de 5.000 exemplaires vendus annuellement.
C’est ce qui explique que certains véhicules sportifs soient automatiquement exclus au second tour, comme ce fut le cas du tout nouveau coupé de Porsche, le Cayman. Ce dernier était en effet l’un des 28 concurrentes initialement retenues pour la compétition de cette année. Concrètement, chaque membre du jury dispose de 25 points à distribuer à au moins 5 modèles de voitures de son choix, avec un maximum de 10 points par véhicule. Autres candidates (figurant parmi les 28 présélectionnées) n’ayant pu atteindre le second tour, la Seat Leon, la Peugeot 1007 et la Suzuki Swift l’ont en fait «raté de peu la sélection», dit un communiqué d’organisation.
En outre, un véhicule aussi avancé technologiquement que la nouvelle Mercedes Classe S, est resté loin derrière dans le classement, n’ayant glané que très peu de votes. Explication : le tarif figure parmi les critères les plus décisifs dans cette compétition. C’est en revanche ce facteur qui pourrait pleinement profiter à quelques-unes des sept finalistes pour le titre. Et sur les 28 nouveautés présélectionnées, les nominées sont: l’Alfa Romeo 159, la BMW Série 3, la Mazda 5, la Renault Clio, la Toyota Yaris, la Volkswagen Passat et les triplettes Citroën C1/Toyota Aygo/Peugeot 107.
Ce dernier trio, comme la Clio ou la Yaris a donc plus de chance de s’imposer. Et pour cause, ces véhicules représentent un excellent rapport entre leur prix, leur équipement et leur qualité.  On le sait et l’expérience l’a prouvé, le jury a souvent plébiscité un modèle soit pour l’originalité de son design ou de son concept, soit parce qu’il répondait parfaitement à un certain idéal automobile à savoir, un très bon compromis entre prix, prestations, équipements, sécurité et habitabilité. Et c’est à cet esprit que les trois citadines développées en commun par Toyota et Peugeot-Citroën et fabriquées en Tchéquie.
S’effectuant ces jours-ci, le second tour d’évaluation aboutira le 14 novembre prochain, par le vote final du jury, désignant la «Voiture de l’Année 2006 en Europe».
Récompense très prisée par les constructeurs automobiles, le Trophée de la «Voiture de l’année» en Europe est un véritablement-valoir sur le plan marketing et commercial. Car, par la crédibilité du jury qui l’octroie, ce titre flatteur prouve d’une façon ou d’une autre (bien que parfois dans une moindre mesure), que la voiture récompensée est bonne.
D’ailleurs, ce n’est qu’après une cérémonie organisée en janvier prochain, que le constructeur récupère le prestigieux trophée et peut ainsi l’exploiter le titre sur le plan commercial.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *