Volkswagen Coccinelle : La force par la joie

Volkswagen Coccinelle : La force par la joie

Dans le registre des voitures célèbres portant des noms d’insectes ou d’animaux, c’est incontestablement l’automobile la plus connue, la plus vendue et la plus controversée. Elle a accompagné les rêves de plusieurs générations. Ces derniers le lui ont bien rendu en faisant d’elle un symbole, un mythe. Vers le début des années 30, un ingénieur autrichien du nom de Ferdinand Porsche avait compris la nécessité de produire une voiture pour les masses populaires.
Il présenta alors sa démission du directoire technique de la société Daimler, et se lança pour son propre compte. En 1931, avec son fils Ferry, Ferdinand Porsche crée son bureau d’étude indépendant à Stuttgart. Objectif : lancer sa propre marque de voiture. La première commande lui viendra du constructeur Zündapp. Trois prototypes furent construits, mais n’eurent pas l’aval du constructeur. Porsche se tourna alors vers la société NSU. En 1932, trois prototypes furent également présentés, mais Posche sera contraint à arrêter encore une fois ses travaux. Seul, et surtout déçu, Ferdinand Porsche se mit à chercher des fonds pour poursuivre son projet. Il fut toutefois contacté par les dirigeants de l’U.R.S.S (Union soviétique). ces derniers lui offrirent en 1932 les pleins pouvoirs sur l’industrie automobile soviétique. Porsche finit par décliner la proposition. C’est ainsi qu’il prit contact avec le ministère des transports allemand. D’autant plus que le «Reich» finançait aussi un fonds pour la course automobile. Idéal pour Porsche. En 1933, Porsche est contacté par Adolf Hitler qui souhaite justement booster la propagande nazie, et surtout concurrencer son allié et rival de toujours, Benito Mussolini et sa Fiat 500. Hitler imposa ses directives. Et c’est aux usines Mercedes que la pré-série fut fabriquée. Le tout financé par l’État. En 1934, le «Führer» annonça, dans son discours au Salon international de l’automobile de Genève, la production d’une «voiture du peuple», à 1000 reichsmarks. Et pour entamer la production de la Coccinelle, une usine fut créée à Wolfsburg (équipée des dernières machines américaines), marquant ainsi  la naissance officielle de la marque Volkswagen GmbH. En 1938, Adolf Hitler présenta «la voiture du peuple» et le programme de souscription Kdf-Wagen, Kraft durch Freude  la «force par la joie», premier sobriquet donné à la Coccinelle. Le tout pour 1000 Reichsmarks l’unité. En 1945, l’usine de Volfsburg, entièrement détruite, se situe dans le secteur d’occupation britannique. Peu à peu la chaîne repart, pour motoriser les Alliés, puis les fonctionnaires allemands. Au titre de réparation de guerre, le site et la voiture sont alors proposés à Ford, qui les refuse. Le constructeur américain se rendra compte de l’ampleur de son erreur peut de temps après. Pour des raisons économiques, il est alors décidé d’exporter la Volkswagen baptisée, après guerre, «Käfer» (cafard). Aux U.S.A, et au Royaume-uni, elle devient «Beetle» (scarabée), puis les Français l’adoptèrent après sous le nom «Coccinelle». Plus tard, elle s’exporte en Amérique du Sud et est désignée sous le nom de «Vocho». Partout dans le monde, elle rencontre un vif succès et devient vite une icône. Elle sera au final vendue à près de 22 millions d’exemplaires. Rien que ça…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *