Volkswagen Golf VI : De l’audace dans la continuité

Volkswagen Golf  VI : De l’audace dans la continuité

Elle a pratiquement toujours le même profil, mais elle est bien nouvelle et même totalement inédite. Trente cinq ans après sa naissance, la Golf joue toujours la même partition, celle-là même qui lui a ouvert les portes du succès, lequel est aujourd’hui chiffré à plus de 26 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Un design «particulier», des matériaux et des assemblages de grande qualité, ainsi que des organes mécaniques fiables et performants… tels sont les ingrédients de l’indémodable recette que propose la compacte de Wolfsburg.
Sa sixième génération ne déroge pas à la règle et incarne plus que jamais cette évolution, tout en douceur, de la même espèce. «À l’échelle mondiale, la Golf est une icône de l’industrie automobile. Le nouveau modèle se devait de rester, dans sa silhouette et son architecture, fidèle à la lignée tout en affichant une modernité renouvelée». Ces propos, confiés par le designer en chef du groupe Volkswagen, Walter de Silva, expliquent bien la volonté des concepteurs de la nouvelle Golf, quant à jouer la carte de la continuité.
Pourtant, il ne faut pas être très observateur pour remarquer les nouveaux atours de cette dernière mouture. La calandre affinée, les phares plus anguleux ou encore la prise d’air au bouclier souligné de chrome sont autant de détails qui sculptent le nouveau regard de la Golf. Le profil évolue peu, avec un léger épaulement de la ceinture de caisse, une nervure inférieure droite et toujours de larges montants arrière, trait caractéristique de ce modèle. Dans la même timidité stylistique, la poupe conserve son hayon quasi-vertical, mais accueille de nouveaux blocs de feux, plus longilignes et comme placés sous une glace lisse. Leur éclairage offre une signature lumineuse nocturne du plus bel effet.
Au final, la Golf VI arbore une ligne sans fioritures ni extravagances, mais qui reste pourtant loin d’être banale ou peu accrocheuse. Elle a comme une «force tranquille» qu’elle puise dans tout un ensemble. L’habitacle en fait partie et affiche, à son tour, sa dose de changements notamment au niveau de la planche de bord. Ces derniers se limitent à une instrumentation mieux mise en valeur (compteurs creux et cerclés de chrome), des aérateurs plus arrondis ou encore de  nouvelles commandes de climatisation inaugurées sur la Passat CC. Au passage, en retiendra que les places arrière ont désormais droit à des diffuseurs d’air, situés derrière l’accoudoir central avant. Un aspect très pratique et encore rare dans la catégorie. Ces mêmes passagers profiteront d’une habitabilité (aux jambes) légèrement améliorée et ce, bien que la longueur totale du véhicule n’ait pratiquement guère augmenté (4,20 m). Idem pour le coffre, dont la capacité reste inchangée avec un volume allant de 350 à 1.305 litres.
En revanche et c’est le véritable point fort du véhicule, l’intérieur enregistre un saut qualitatif notoire. L’utilisation de matériaux de grande qualité, leurs assemblages et les efforts réalisés en matière de finition et d’isolation acoustique placent cette compacte au même rang qu’une familiale du segment haut de gamme. À ce titre, le constructeur aime à préciser qu’il a «construit la Golf la plus silencieuse de tous les temps». De ce fait, la Golf VI, fait plus qu’entretenir la réputation de qualité des automobiles VW. On pourrait en dire autant pour ce qui est des motorisations. Au menu, le 1.6 litre essence de 102 chevaux et 148 Nm, ainsi qu’un tout nouveau TDI de même cylindrée, mais bien plus coupleux. En effet, ce 1.6 l (qui remplace enfin le 1.9 TDI) développe 105 ch pour un couple de 250 Nm. Bien évidemment, c’est ce moteur qui animera principalement les ventes de la nouvelle Golf, mais il faudra attendre quelques semaines encore pour pouvoir l’acquérir.
Dommage. De même, on ne saurait ne pas regretter que le nouveau 1.4 TSI ne soit pas retenu par l’importateur de la marque, tout comme d’ailleurs quelques gâteries technologiques et notamment le système de stationnement automatique Park Assist et la régulation adaptative du châssis «DCC».
Et justement, question équipement, deux configurations sont proposées : la Trendline et la Highline. Affichée à 222.000 DH (TTC), la première joue la carte minimaliste, avec l’ABS, des jantes en acier, les lève-vitres électriques à l’avant, la climatisation, l’autoradio CD-MP3 (avec prise USB), mais pas moins de 7 airbags (dont un pour les genoux). Pour 27.000 DH de plus, la seconde dotation ajoute notamment des jantes alu de 16’’, une sellerie en Alcantara, des phares antibrouillard, des lève-vitres électriques à l’arrière ou encore, le contrôle de la pression des pneus.
Rien de révolutionnaire ou de bouleversant dans un segment de plus en plus disputé. Mais parce qu’elle s’appelle Golf et qu’elle a longtemps été considérée comme la reine de sa catégorie, cette compacte n’aura aucun mal pour continuer à séduire… massivement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *