Volkswagen Polo 1.9 SDi : Une question de blason

Volkswagen Polo 1.9 SDi : Une question de blason

On ne présente presque plus une voiture comme la Polo. Véritable best-seller de Volkswagen dans le monde, cette citadine est aussi un modèle à succès pour l’importateur marocain, la CAC (Centrale Automobile Chérifienne), qui en a vendu 1.263 en 2003, 1.343 en 2004 et 871 entre le premier janvier et le 30 septembre 2005. Des ventes qui vont probablement se maintenir à la hausse avec l’arrivée, en juillet dernier, d’une version sensiblement restylée. Qu’a-t-elle de nouveau cette Polo ? Pour y répondre à sa façon, ALM l’a essayée en motorisation 1.9 SDi, soit la version la plus vendue au Maroc.
Avant d’entamer le chapitre descriptif, il faudrait d’abord préciser que le gros des changements concerne l’extérieur du véhicule et en particulier sa face avant. Celle-ci a troqué ses doubles optiques contre deux projecteurs regroupés sous un seul grand bloc. Autre évolution majeure, celle de la calandre qui devient verticale, en adoptant un dessin en «V», qui épouse la nouvelle découpe du capot.
Que de détails qui confèrent à la nouvelle Polo un faciès plus agressif et en tout cas en meilleure phase avec le reste de la gamme (Passat et Golf GTi notamment). La partie arrière, elle, a droit à des blocs de feux retravaillés : ils sont placés sous glace lisse, tandis que leur fond reçoit un cercle de chrome. Pour le reste de la carrosserie, il n’y a pas vraiment de modifications et la Polo conserve son profil général. Mais, il reste indéniable qu’avec cette remise au goût du jour, la «petite» (car elle n’est pas si petite que cela) VW a gagné en prestance, affichant aussi un air plus cossu que par le passé.
A l’intérieur en revanche, tout est resté identique à quelques détails près. Il faut ainsi être un habitué de la marque ou un observateur obstiné pour constater que seuls les habillages, la forme du volant et le dessin des compteurs ont été modifiés.
On retrouve donc tous les points forts de la Polo, à savoir un niveau d’assemblage et de  finition sérieux, des rangements en quantité suffisante, ainsi qu’une banquette suffisamment spacieuse pour transporter –décemment- trois adultes. A cela, la Polo ajoute un équipement assez complet, du moins dans cette finition Confortline Clim de notre véhicule d’essai. Une dotation qui intègre notamment le double airbag, la climatisation manuelle, un autoradio à lecteur CD frontal, le verrouillage commandé à distance et la commande électrique pour les rétroviseurs et les lève-vitres avant. En outre, certains aspects pratiques concourent à rendre l’habitacle plus convivial et plus confortable au quotidien. C’est le cas des miroirs de courtoisie éclairés (au dos des pare-soleil), de l’accoudoir arrière (intégrant un espace de rangement), voire la présence de repose-tête aux places arrière…
Au chapitre des critiques, on regrettera les plastiques durs de la planche de bord, ou encore, le volume étriqué de la boîte à gant. En revanche, on ne dira pas autant pour le coffre, dont la capacité de chargement avoisine les 270 litres et bien plus une fois la banquette rabattue. Un petit plus pour le caractère  polyvalent de cette citadine.
En fait sa polyvalence, la Polo la puise surtout à travers son moteur Diesel. D’accord, il ne s’agit que d’un bloc 1.9 SDi de 64 chevaux, qui plus est, fait l’impasse sur le Turbo. Mais, sous le capot de la Polo, ce moteur reste suffisant pourvu qu’il soit dûment sollicité. Volontaire, il est capable de faire voyager cette VW sur de longues distances. D’où le caractère  polyvalent dont on vient d’évoquer. Autres qualités de ce Diesel : un niveau sonore plutôt correct et une consommation en cycle mixte inférieur à la barre des 5 l/100 km. Un peu plus en ville, où la Polo profite pleinement de son faible encombrement.
Encore plus confiante en milieu extra-urbain, l’auto affiche une tenue de route assez flatteuse pour un véhicule de ce segment. Avec sa direction électro-hydraulique et ses pneus de 14 pouces, la Polo s’est même montrée rassurante lors des passages (à vive allure) dans les virages. Enfin, le freinage ne manque pas de mordant malgré l’absence d’un dispositif ABS.


Le verdict :
Citadine polyvalente et huppée, aux qualités routières indéniables, la Volkswagen Polo peut désormais compter sur un design repensé et inspirant plus de robustesse. Cela, en plus de capitaliser sur la réputation et l’image jusqu’ici acquises par les générations qui l’ont précédée. Tout cela est bien. Seul véritable bémol, cette version Diesel et climatisée de la Polo n’est pas des plus accessibles, puisqu’elle est facturée à 177.800 DH TTC.
Un prix presque hors segment diront certains. Mais il faudrait voir les choses d’un œil un peu plus rationnel. On est en présence d’une voiture allemande, donc fiable et bien construite. C’est aussi une Volkswagen, traduisez une valeur élevée à la revente. Voilà tout, et c’est même déjà beaucoup.

La technique :
4 cylindres en lignes. 1896 cm3. Diesel atmosphérique à injection directe. 2 soupapes par cylindre. 64 ch/125 Nm. Boîte mécanique à 5 rapports. Environ 4,7 l/100 km en consommation mixte. 164 km/h en vitesse de pointe. Direction électro-hydraulique. Jantes en acier et pneus de 14’’.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *