Volkswagen : profit en hausse

Volkswagen : profit en hausse

Cette annonce a fait perdre jusqu’à 4,8 % au titre à la Bourse de Francfort, à l’image de DaimlerChrysler sanctionné la veille pour des résultats qui ont aussi déçu. L’action VW a perdu 4,03 %, à 62,09 euros, la plus forte baisse de l’indice Dax-30 et de l’indice DJ du secteur automobile européen, après un creux à 61,60.
Une hausse de 15 % des livraisons de véhicules a permis au bénéfice opérationnel d’atteindre 726 millions d’euros, avant charges exceptionnelles de 89 millions. Quatorze analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un doublement de ce résultat, à 920 millions d’euros, contre un bénéfice révisé à 468 millions un an plus tôt. La qualité des résultats a été améliorée pourtant puisqu’il y a eu moins de reprises de provisions, une astuce à laquelle les analystes accusaient le groupe de recourir ces dernières années pour dépasser le consensus.
VW a comptabilisé une charge ponctuelle de 400 millions d’euros pour restructuration, largement compensée par un gain de 300 millions provenant de la vente de ses participations dans les filiales Volkswagen Bordnetze et Gedas. La principale déception est venue de VW Brand Group, qui a réalisé un bénéfice opérationnel de 134 millions après une perte de 53 millions au premier trimestre 2005. Les analystes prévoyaient une amélioration plus franche, leur estimation moyenne étant de 312 millions.
Le groupe maintient sa prévision pour 2006 d’une croissance du bénéfice opérationnel avant éléments exceptionnels, sans être plus précis. Les analystes interrogés par Reuters prévoient en moyenne une hausse de 27 %, à 3,98 milliards d’euros de ce bénéfice opérationnel cette année. "Les chiffres étaient sous le consensus, mais on doit se demander si le marché n’était pas trop optimiste, étant donné que le groupe négocie avec les syndicats (des suppressions d’emplois)", relève Michael Punzet, analyste de la banque allemande LRP.
Les investisseurs redoutent que l’amélioration continue des résultats de Volkswagen ces derniers trimestres n’enhardisse les syndicats et les incite à réclamer des concessions au constructeur, qui est confronté à des centaines de millions d’euros de pertes dans ses six usines d’Allemagne. Volkswagen pâtit de taux de changes peu favorables, d’une rude concurrence des constructeurs asiatiques et de rabais pesant sur les marges, sur fond de marché automobile déprimé. Mais son plus gros handicap reste le niveau élevé des coûts en Allemagne.
Le programme de restructuration ForMotion Plus vise à pratiquement tripler le bénéfice imposable à 5,1 milliards d’euros à l’horizon 2008. Il pourrait entraîner jusqu’à 20 000 suppressions d’emplois à la marque VW, un chiffre que les syndicats espèrent voir revu à la baisse.
La branche VW a réalisé un bénéfice opérationnel de 134 millions d’euros, à comparer à une perte retraitée de 53 millions un an plus tôt. Audi a affiché un résultat opérationnel de 318 millions d’euros et la division de véhicules commerciaux a apporté 36 millions, tandis que le résultat opérationnel des services financiers s’élevait à 237 millions. Le groupe a accusé une perte opérationnelle de 233 millions en Amérique du Nord et un profit de 15 millions en Chine. "Notre estimation de BPA 2006, à 3,70 euros, est inférieure au consensus, et les résultats publiés aujourd’hui ne nous donnent aucune raison de la revoir à la hausse. VW a une montagne de problèmes à régler avant de pouvoir atteindre son objectif d’un bénéfice imposable de 5,1 milliards d’euros d’ici 2008", juge Stephen Cheetham, analyste chez Sanford Bernstein.
L’action Volkswagen se paie 15,2 le BPA 2006 estimé, selon Reuters Estimates, soit un multiple nettement supérieur aux français Renault et PSA Peugeot Citroën, mais derrière celui de Fiat qui atteint 21,3.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *