Volvo Cars : La meilleure soufflerie au monde

Volvo Cars : La meilleure soufflerie au monde

Pionnier et leader mondial de la sécurité, le constructeur haut de gamme Volvo explore lui aussi -et même à fond- les voies et possibilités de disposer de modèles encore plus aérodynamique et donc plus économes en carburant. La preuve, son département recherches et développement profite désormais d’un outil ultra-performant à savoir, une soufflerie avec tapis roulant. Son but, ou sa particularité : pouvoir simuler parfaitement le flux d’air non seulement autour du véhicule mais également au niveau de son soubassement, puisque les roues de celui-ci tournent sur une surface plane et mobile.
De ce fait, il est le premier constructeur automobile possédant, en propre, une soufflerie de ce genre. Colossal (!), à l’image des 20 millions d’euros consentis pour cette soufflerie, qui n’est en fait pas nouvelle (elle avait été créée en 1986), mais modernisée conséquemment et de fond en comble.
En d’autres termes et par rapport à une soufflerie traditionnelle (où la voiture, maintenue, est baignée dans un puissant flux d’air), celle de Volvo est capable de mieux étudier le niveau de résistance à l’air sous le véhicule, ou comme on dit dans le jargon, le phénomène de la portance. Car il faut savoir que le soubassement et les roues comptent pour plus de 50 % de la résistance à l’air d’une voiture. Du coup, la tester dans une soufflerie normale ne peut qu’offrir une image incomplète de son comportement et ses caractéristiques aérodynamiques. «C’est un peu comme mesurer la résistance à l’air d’une voiture garée dans un parking alors que se déchaîne autour d’elle une tempête», explique Tim Walker, aérodynamicien de Volvo Cars.
S’agissant des principales améliorations apportées à cette soufflerie, elles s’articulent autour de trois aspects. Elle (la soufflerie) dispose désormais de quatre courroies plates et en acier, qui font tourner les roues. Ensuite, elle intègre un tapis roulant central (également en acier), dont les dimensions (5,3 mètres de long et 1 m de large) permettent de simuler la route qui se défile sous la voiture en mouvement. Enfin et bien évidemment, il y a toujours ce gigantesque ventilateur
(8,15 m de diamètre), doté de neuf pales en fibres de carbone et dont les 5 mégawatts de puissance génèrent un flux d’air correspondant à une vitesse pouvant atteindre 250 km/h ! Rien que cela. Par ailleurs, la Volvo testée –qui est maintenue en place par quatre petits piliers–, est reliée à une balance ultra-sensible. Inutile donc de dire qu’avec de telles installations et sophistications, cette soufflerie brille par la qualité et la précision de ses mesures.
Première Volvo à bénéficier de ces nouvelles installations, la C30 est ressortie du tunnel avec de légères modifications apportées à sa structure. Résultat : la plus originale des compactes gagne à la fois en consommation et en rejets polluants. «Nous avons réussi à réduire la résistance à l’air de la nouvelle Volvo C30 DRIVe de plus de 10 %, ce qui entraîne une diminution d’environ 3 grammes de CO2 émis par kilomètre», ajoute Tim Walker.
En termes de consommation, ces 10 % de gain aérodynamique mènent à une économie en cycle mixte et en conditions réelles, l’économie effective devrait se situer autour de 0,3 l/100 km. Toujours selon Volvo, «cela signifie concrètement qu’un conducteur parcourant 15.000 km par an, économisera – au bénéfice de son portefeuille et de l’environnement – environ 45 litres de gazole,
soit près d’un plein avec une Volvo C30».
Bref, les Volvo de demain seront encore plus fidèles à l’image et à la réputation de ces belles suédoises : elles auront non seulement des physiques craquants, mais aussi sveltes et sculptés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *