Volvo invente une ceinture alcotest

Volvo invente une ceinture alcotest

«Entre boire ou conduire, il faut choisir !». Voilà un adage qu’on entend souvent chez les fervents partisans de la sécurité routière. Sauf que ce «choix» pourrait bientôt disparaître, du moins, sur les futurs modèles de la marque Volvo. Le premier constructeur suédois vient, en effet, de mettre au point un système assez sophistiqué, capable d’intervenir sur la mise en marche du moteur, ainsi que sur ses régimes, et ce, en fonction du taux d’alcoolémie de son conducteur.
Techniquement, ce dispositif s’appuie sur un doseur d’alcool intégré à la ceinture de sécurité du conducteur et pouvant entrer en relation avec la clé électronique. Cette dernière est, elle-même, programmable pour réguler la vitesse du véhicule en fonction du taux d’alcoolémie de son conducteur. Concrètement, les choses se présenteront ainsi sur un véhicule équipé de ce système. En vue de démarrer le moteur de son auto, le conducteur devra d’abord souffler dans l’orifice du boîtier intégré à la ceinture de sécurité. Si le contour de ce boîtier s’illumine en rouge (voir photo), cela signifie que le conducteur a révélé un taux d’alcoolémie très élevé ou en tout cas suffisant pour le rendre inapte à conduire sans lucidité et en faire un automobiliste potentiellement dangereux. Du coup, l’ordre sera transmis à la clé électronique de contact pour ne pas mettre en marche le moteur.
Si le pourtour du boîtier devient vert, cela signifie que le taux d’alcoolémie du conducteur est soit nul, soit très faible (jusqu’à un gramme dans le sang). Le moteur peut alors être mis en marche. Mais si le conducteur a bu un ou deux verres auparavant, une certaine vitesse ne pourra être dépassée (90 km/h par exemple).
«Révolutionnaire» diront ces mêmes adeptes de la sécurité routière. Ceci d’autant plus que des statistiques ont toujours révélé que la consommation d’alcool chez les conducteurs était la cause d’une large portion des accidents les plus tragiques (c’est-à-dire ayant entraîné la mort ou des blessures graves).
C’est ce qu’affirme Ingrid Skogsmo, responsable du «Volvo Cars Safety Centre» (le centre d’accidentologie de Volvo), rappelant quelques données de la Commission européenne. Parmi les chiffres les plus éloquents, celui de 10.000 personnes qui perdent la vie chaque année sur le Vieux Continent dans des accidents de la route associant un conducteur sous l’emprise de l’alcool. Encore au stade expérimental, ce système sera présenté par Volvo Cars en avant-première mondiale au Salon automobile de Francfort, qui ouvrira ses portes au public du 15 au 25 septembre. Une invention dont l’intérêt et l’avenir  ne sauraient être remis en question.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *