Volvo XC90, S40 et V50 : Opération tuning

Volvo XC90, S40 et V50 : Opération tuning

En parfaite concordance avec les goûts démesurés que l’on connaît aux Américains, «Volvo Cars of North America» a présenté il y a une dizaine de jours, à Las Vegas, trois versions très spéciales de ses modèles XC90, S40 et V50. Gonflées à bloc, ces surpuissantes variantes ont tenu la vedette lors d’une manifestation organisée tous les ans par la SEMA (Specialty Equipement Market Association).
Il s’agit d’une exhibition proche dans son esprit au «Paris Tuning Motor Show», qui se tient tous les ans au Bourget, non loin de la capitale française.
Bref, un Salon automobile plutôt réservé aux équipementiers, préparateurs mécaniques et autres spécialistes du tuning. Mais aux Etats-Unis, les engins exposés sont encore plus extrêmes. Aussi, Volvo n’y est pas allé de main morte. Au menu : la S40 version Evolve et sa variante break V50 en version SV (Special Vehicle). Deux véhicules de taille moyenne, voire petite là-bas, mais entourant le plus intimidant du lot : le XC90 PUV, pour Power Utility Vehicle (véhicule utilitaire puissant)!
Et pour mériter pleinement cette appellation, le XC90 a dû annoncer pouvoir libérer la bagatelle de 650 chevaux. Une sacrée puissance que le 4×4 suédois doit, bien entendu, au nouveau V8, le premier dans l’histoire de la marque et auquel il a eu droit à l’occasion du récent Mondial de Paris. Mais plus puissant que la version V8 du XC90, le concept PUV évolue également sur le plan du style et même de façon radicale.
Intégralement habillée en rouge vif, la carrosserie se distingue aussi par son châssis sensiblement rabaissé et ses pneus hautes performances. Agressive, cette version PUV fait aussi la part belle aux artifices sportifs et aérodynamiques : des jantes surdimensionnées, une quadruple sortie d’échappement chromée, ou encore un bouclier avant grillagé et intégrant des écopes latérales. Que de détails qui lui confèrent une ligne singulière.
Techniquement, les sophistications en tout genre ne manquent pas : système stabilisateur anti-retournement (RSC), traction intégrale contrôlée électroniquement et boîte de vitesse Geartronic à six rapports pour exploiter pleinement la forte cavalerie de ce monstre.
Très inspirés de la fameuse version R de la S60, les deux autres modèles présentés par Volvo ont également tenté de prendre Las Vegas d’assaut. Mise au point par le préparateur californien «Evolve Cars Inc.», la S40 Evolve reçoit un kit carrosserie savamment élaboré. Complètement modifiée, elle est du coup peu discrète et même bien loin du look sage connu à la familiale du premier constructeur suédois. Mais les modifications ne sont pas qu’esthétiques. Ainsi, sous son capot, cette S40 voit son 2,5 litres (extrapolé de la version T5) travaillé pour produire plus de 400 ch. Rien que ça !
Les motoristes du préparateur américain annoncent même 425 ch, obtenus grâce à un plus gros turbocompresseur, qui a été éloigné de la tubulure d’admission. Pour plus d’efficacité, la S40 Evolve transmet sa puissance à ses quatre roues grâce à la traction intégrale (Haldex) contrôlée électroniquement.
Extérieurement, la plus encanaillée des S40 ne fait pas non plus dans la dentelle, avec notamment, une peinture métallisée argent et titane (qui lui est exclusive), des roues en alliage léger de 19 pouces qui abritent des freins à disques intégrant étriers en aluminium à 8 pistons.
Enfin, la déclinaison SV du break V50 avait également de quoi faire tourner les têtes lors de ce Salon. Conçue par la division des véhicules spéciaux (SV) de Volvo à Gothenburg, en Suède, cette variante est destinée à attirer une clientèle plus jeune. Son credo: pouvoir offrir la sécurité et le côté pratique connu aux break Volvo, combinés à des performances de haut niveau et une conduite époustouflante.
Pour cela, le V50, s’est vu adjoindre les prestations du 2.5 litres Turbo du break V70 R, mais poussé pour la circonstance à 340 ch, soit 120 de plus qu’un V50 T5 «standard». Résultat le V50 SV franchit le 0 à 100 km/h en 5,5 secondes.
Esthétiquement, outre de splendides jantes de 18 pouces, la ligne extérieure reçoit à son tour une bonne dose de sportivité, mais sans faute de mauvais goût, ni d’élément altérant la sobriété élégante du design Volvo.
Qui a dit que les suédoises se contentaient d’être sages ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *