Y. Amor : «Les ressorts sont notre spécialité»

Y. Amor : «Les ressorts sont notre spécialité»

ALM : Comment pourriez-vous nous présenter votre entreprise?
Youssef Amor : Flexi Ressorts est une société spécialisée dans la fabrication des ressorts à lames. Nous mettons au point également des accessoires pour ressorts et pour châssis. Flexi Ressorts a réussi en peu de temps à imposer sa notoriété au Maroc. Nous sommes reconnus par la qualité de nos produits, vu qu’on a opté pour l’utilisation du gaz comme énergie de fabrication, plutôt que le fuel.
Cela permet une moindre oxydation de l’acier et offre une finition de qualité pour le produit final (le ressort), tout en respectant la qualité de son environnement externe, comme interne. Notre souci pour l’environnement, fait que nous sommes aujourd’hui une entreprise citoyenne. Par ailleurs, nous sommes en court de certification et nous envisageons d’élargir notre activité d’exportation au-delà de l’Afrique. Les ressorts sont notre spécialité et nous le ferons savoir à l’Auto-Expo, où nous serons exposants.
Quelle est à votre avis la durée moyenne des ressorts sur un poids lourd ?
On ne peut pas systématiser. Car, si un transporteur respecte la charge de son véhicule, ses ressorts ne seront pas épuisés, tandis que dans le cas contraire, il lui suffit d’un aller retour pour casser une lame. Donc on ne peut pas calculer la durée de vie d’un ressort, puisque chaque chauffeur adopte ses propres méthodes d’entretien et respecte les charges qui lui sont dictées, ou ne les respecte pas. Mais pour répondre à votre question, je dirais que les routiers qui font des centaines, voire des milliers de kilomètres à chaque voyage, doivent inspecter plus souvent leurs suspensions.
A votre avis les routiers entretiennent-ils régulièrement leurs véhicules ?
Oui ! Et même plus souvent que les automobilistes ordinaires. Car, ces derniers lèvent le capot de leur voiture en moyenne une fois tous les trois mois, alors que le conducteur d’un poids lourd le fait quasiment à chaque fois qu’il prend la route. Le vrai problème est tout autre. Il arrive, en fait, que des transporteurs tombent en panne dans certaines régions reculées et se retrouvent chez des garagistes bricoleurs qui, au lieu de remplacer une lame, la soude ! Cela est aussi grave qu’irresponsable, car l’acier à ressort n’est pas un acier ordinaire, mais plutôt un acier allié à des caractéristiques bien précises (carbone, manganèse, silicium…). Il est spécialement conçu pour un ressort, flexible. Du coup, le souder, c’est détruire sa flexibilité et exposer le véhicule à un risque plus grave, celui de la casse du ressort.
Quels sont les problèmes que rencontre votre secteur d’activité ?
Tout d’abord, nous devons faire face au coût de l’énergie, qu’elle soit électrique ou de type combustible comme le gaz propane. En effet, ce dernier coûte nettement plus cher chez nous que dans des pays voisins comme la Tunisie. En plus de cela, nous devons supporter un autre coût de production, mais encore plus coûteux, à savoir celui de l’acier, qui n’a pas cessé d’augmenter depuis le début de cette année. Par ailleurs, un secteur d’activité comme le nôtre manque sensiblement de moyens humains compétents. Nous parvenons rarement à trouver des formateurs qualifiés pour former nos ouvriers. Résultat : nous le faisons nous même !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *