Yvan Muller : «Je vise le titre pour moi et pour Chevrolet»

ALM : Quel a été le gros changement de passer de la Seat Leon à la Chevrolet Cruze?
Yvan Muller : L’an dernier j’étais dans une voiture jaune, alors que cette année je suis dans une autre bleue (rire). Non sérieusement, la vraie différence, c’est qu’avant j’avais une Leon TDI, alors qu’actuellement je pilote une Cruze essence. Donc le pilotage change. Mais pas seulement cela. Il y a aussi tous les réglages qui ne sont pas les mêmes. Certes, les deux autos sont des tractions, mais elles restent différentes techniquement à plus d’un titre : architecture, répartition des masses… Donc, il m’a bien fallu me réadapter à conduire une voiture différente de celle que j’ai pilotée durant ces trois dernières années.

Qu’est-ce que vous pensez du tracé du circuit de Marrakech ?
La qualité de l’asphalte est bonne, malgré quelques bosses ici et là. Mais plusieurs pilotes se plaignent qu’il y a beaucoup de lignes droites, ce qui est vrai. Après, moi je me dis que toute l’année, nous avons des circuits avec beaucoup de virages, alors pour une fois que l’on a des lignes droites, on ne va pas se plaindre. Reste que les freins sont mis à dure épreuve, car il y a cinq gros freinages contrairement à d’autres circuits dits plus traditionnels.

Que vous a imposé Eric Nève le patron de Chevrolet Motorsport lorsqu’il vous a engagé dans le team ?
Aucun objectif particulier. M. Nève sait que nous sommes des professionnels. Moi, mon objectif, c’est de faire mon travail le mieux possible. Je n’ai pas d’objectif de résultats de courses, j’ai un objectif Championnat. Je ne me dis pas que je dois gagner un nombre de courses et de points ou que je dois réaliser un bon résultat sur tel ou tel circuit. Je vise le titre de pilote pour moi et celui de constructeur pour Chevrolet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *