10 millions de Marocain(e)s nous interpellent !

10 millions de Marocain(e)s nous interpellent !

10 millions de Marocain(e)s ont moins de 29 ans ! Cela représente 30% de notre population, c’est énorme, or ces 10 millions de concitoyens interpellent le reste de la société. Tout pays, toute nation a le devoir de préparer l’avenir des générations à venir, cela ne signifie pas que ces jeunes eux-mêmes n’ont pas à assumer leurs responsabilités et qu’ils sont en droit de tout attendre de la société…mais cela nous rappelle en tout cas l’ampleur des attentes, des espoirs, des besoins de 30% de Marocain(e)s qui représentent l’avenir, notre avenir ! Sans catastrophisme, sans misérabilisme mais avec lucidité, il nous faut – en tant qu’activistes du mouvement associatif, réellement impliqués auprès de la jeunesse – actionner la sonnette d’alarme : quelle politique de la Jeunesse pour notre Pays ?
Système éducatif, Emploi, Santé, Habitat, Culture, Sport…les jeunes sont concernés par tout cela et plus encore, certes un Ministère de la Jeunesse existe mais peut-être est-il temps d’inventer un nouveau modèle de gouvernance pour ces 10 millions de Marocains et réfléchir au moyen de faire fonctionner cette structure gouvernementale de façon transversale puisque tout EST jeunesse et que la jeunesse EST en tout !
Peut-être penserez-vous que l’exemple que je vais développer ici est  de «prendre le problème par le petit bout de la lorgnette» mais détrompez-vous, il est en fait révélateur du déphasage de nombre d’élus, de nombre de «décideurs» avec la jeunesse : le 21 juin est la Journée internationale de la Fête de la Musique, oh bien sûr ce n’est pas cette journée qui donnera un emploi à nos jeunes, ni leur garantira un système éducatif performant, mais soyons d’accord sur l’importance de la Culture et le rôle de la Musique et alors vous comprendrez cet exemple, cette Fête est l’occasion pour les milliers de jeunes qui s’adonnent à la musique, à la danse, pour les milliers de talents en herbe de s’exprimer devant un public, de montrer leur art et peut-être d’émerger…C’est aussi l’occasion pour des millions de jeunes et de moins jeunes désireux de se distraire, de sortir à moindre frais et de découvrir d’autres horizons et de passer un bon moment… Cette fête ne coûte rien, elle est celle de la proximité, du voisinage, de la gratuité, du partage et n’est nullement l’apanage des grandes villes, bien au contraire…Malheureusement  nos municipalités, nos élus ont –une fois de plus– raté le coche, raté le rendez-vous ! Cet exemple est important car révélateur du déphasage entre les politiques et la population et notamment ces 10 millions de moins de 29 ans ! Ce sont les associations –dont, rappelons-le, le pouvoir n’est malheureusement pas de donner des emplois ou de réformer l’école, mais de promouvoir la culture, le civisme, la citoyenneté, les loisirs, le sport… auprès des jeunes (et ce n’est pas rien !) qui ont rempli le rôle de «passerelle» avec les jeunes…avec très peu de moyens, d’ailleurs ! Etat, associations, élus…doivent d’urgence inventer de nouveaux chemins pour «toucher» cette jeunesse et définir –avec de réels moyens- une politique de la jeunesse digne de ce nom !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *