100% Jamal Berraoui

100% Jamal Berraoui

Omar Salim est un homme exquis. Dans la profession, il est l’un des rares à ne pas avoir d’ennemis. Professionnellement,  il a eu des hauts et des bas comme tout le monde. Je n’ai rien contre lui. Je n’ai d’ailleurs rien contre les gens de 2M en général et j’estime qu’il y a plus de mecs et de nanas bien au m2 à Aïn Sebaâ que la moyenne nationale. Pourquoi ce préambule tout en cirage de pompes ? Par précaution.
Autre précaution, je reconnais que la télé n’est pas mon thème favori, je la regarde rarement et quand cela m’arrive, je m’expatrie souvent grâce à Derb Ghellaf et ses génies du décodage.
Mais là, je zappe et je tombe sur l’émission de Omar Salim, Arts et lettres cela s’appelle. «J’avais vu un numéro avec Tayeb Saddiki et ses amis et je m’étais fait ma religion. Mais là j’ai vu dans l’assistance Simon Levy, un homme pour lequel j’ai un énorme respect, je me suis dit on va voir. La parole était au directeur de l’ADER, le Monsieur en charge de la réhabilitation de Fès. Il débitait chiffre sur chiffre, l’erreur à ne jamais faire à la télé, et lisait son rapport d’activité. Par deux fois, le pauvre Salim proposait au reste de l’assistance d’intervenir : «c’est une émission interactive, vous pouvez intervenir quand vous voulez», sans réponse. Ce n’était à l’évidence pas un plateau de polémistes. Omar tente de relancer par un timide « oui mais il n’y a pas que Fès », son invité lui rappelle « Moi je parle de Fès ». Le reste était du même tonneau. Mon ami Simon parle du travail de mémoire, de la réfection des synagogues, du caractère rural du judaïsme marocain, et parle donc de Juifs marocains. C’est le moment magique de l’émission, en tout cas celui qui m’a frappé. Omar Salim l’arrête avec un sec «Tous les Marocains sont des Marocains» sur un ton des plus péremptoires. Un peu interloqué, Levy se ressaisit et pour faire la transition, parle de peuple “pluriel“ : Omar répète sa découverte «Tous les Marocains sont des Marocains».
L’homme voulait sûrement exprimer une position forte par cette tautologie, je présume qu’il voulait bannir toute idée de racisme. C’est raté, ne restera que la formule et elle est risible. Il aurait pu dire dans la foulée qu’on est à 2M et que c’est une télé. Cela aurait été une opinion fort intéressante à discuter.
Car on a l’impression que la flamme n’y est plus. La platitude révèle un malaise. Les mêmes gens avec les mêmes concepts sont beaucoup moins performants qu’il y a quelques années.
Les journaux (qui ont le même sommaire dans les deux langues, ce qui est choquant) perdent ce qui faisait leur particularité il y a quelques mois encore, une certaine qualité du travail journalistique. A ce niveau de délabrement il y a péril en la demeure. Je tiens mes confrères de 2M pour des professionnels compétents, pour une raison très simple c’est qu’ils l’ont démontré de belle manière et sur la durée. Mais là on a vraiment l’impression qu’ils «décrochent». J’espère que ce n’est qu’une impression car la télé est d’abord faite par des hommes et des femmes. Encore faut-il qu’à la tête on sache quel type de télé on veut faire. C’est probablement là où se situe le problème, ce produit n’est plus identifié. Faire de l’audimat et grâce à la télé réalité est à la portée de tout le monde, mais on a vu ailleurs que cela finissait par s’essouffler. Omar Salim, l’autre soir, s’ennuyait à mort. Il a tenu à nous faire partager son ennui. C’est une générosité dont on se serait bien passé, mais qu’est-ce que je ne ferai pas pour Simon Levy !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *