100% Jamal Berraoui : Nous sommes adultes !

100% Jamal Berraoui : Nous sommes adultes !

Il y a quelques dizaines d’années circulait une croustillante blague sur l’Arabie Saoudite, celle du communiqué hebdomadaire disant que le gouvernement s’est réuni et a pris les dispositions nécessaires. La communication officielle sur la grippe aviaire me laisse ce goût «saoudien». Car enfin, l’on sait très bien qu’au retour des oiseaux migrateurs, nous avons toutes les chances d’avoir notre ou nos cas, cela est presque inévitable. Il ne suffit donc plus de nous dire : «Toutes les dispositions sont prises», mais il faut les exposer, les expliciter, d’autant plus que toute une partie de ces dispositions dépend aussi du comportement du quidam de base. Le gouvernement a informé la société civile dans une réunion sur la question de son dispositif. Le professeur Himmich l’a trouvé complet et précis, je n’en doute pas une seconde.
Seulement moi, j’ai suivi ce qui s’est passé en France où plusieurs ministres se sont relayés en continu sur toutes les chaînes pour expliquer leur dispositif minuté au quart d’heure près. Et justement, ils ont insisté sur l’interdiction faite aux humains de tout contact avec des oiseaux en liberté, qu’ils soient migrateurs ou pas et bien sûr la fermeture des marchés réservés aux amoureux de ces mêmes oiseaux.
Le même jour en face de la wilaya de Casablanca, à quelques mètres des autorités sanitaires de la ville, des parents par dizaines mettaient leurs enfants en danger potentiel par le contact direct avec les pigeons. Pigeons que beaucoup de Casablancais adoptent chez eux en liberté.  Enfin, les marchés de Derb Ghallef ou Lakriaâ sont aussi animés que d’habitude. Quelqu’un a-t-il pris la peine d’expliquer que ces comportements étaient à risque ? Pas à ma connaissance Le problème de la communication officielle est celui de la crédibilité. Souvent tronquée pendant des décennies, elle n’arrive plus à convaincre, la rumeur s’installe à la place. Et justement les rumeurs n’ont pas manqué à ce sujet, alors qu’il n’y a aucune raison pour que le gouvernement cache quoi que ce soit dans cette affaire, puisqu’il n’en est pas responsable. Mon préjugé favorable va plus loin, je sui sûr qu’elles ont adopté le plan européen et que donc les autorités feront le nécessaire le jour  où cela arrivera, c’est-à-dire quand les cigognes reviendront. Mais que l’on me donne une seule raison qui fait que notre télé, l’ORTM par analogie avec l’ORTF française, ne détaille pas au public les fameuses dispositions prises.
L’argument le plus usité est celui de la panique. Je m’inscris en faux contre cette approche, c’est bien évidemment le contraire qui est vrai. Le manque d’information alimente la panique.La filière a pris un sacré coup, les prix des viandes de volaille sont sacrifiés et malgré tout les volumes de vente baissent aussi, le sinistre est au bout pour des exploitations souvent très réduites.
Pourtant, tous les scientifiques rappellent que ce maudit virus ne se transmet pas par l’alimentation.
Ma conclusion est que la communication officielle dans ce pays est en elle-même un problème. Soit elle nous prend pour des sujets mineurs qui n’ont pas besoin de savoir plus que ça, soit -et c’est pire- elle n’a pas les outils et les compétences qu’il faut. Le résultat est que sa crédibilité approche le zéro. Sur des affaires politiques, c’est navrant sans plus, sur l’épizootie qui se profile, cela peut tourner en drame. Il faut profiter des quelques semaines qui nous restent pour informer les citoyens, pas seulement les associations, et les prévenir des risques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *