A dire vrai… Pour que dure le voyage ensemble…

A dire vrai… Pour que dure le voyage ensemble…

Te souviens-tu. Te souviens-tu de ce jour où ton regard reflétait ton émotion, où les tremblements de tes mains trahissaient tes sentiments, où ton sourire discret dissimulait avec peine ta joie. Te souviens-tu de cet instant où, flottant presque, tu avais dit oui au bonheur que tu pensais tenir enfin au creux de ta paume. Ce jour-là, nous avions uni nos vies et les avions fusionnées en une seule destinée. Ce jour-là, nous avions dit oui à ce monde qui nous invitait à la découverte. Ce jour-là, nous avions embarqué dans le grand bateau de la vie pour aller voguer dans toutes les mers, conquérir toutes les terres, explorer toutes les aires.

Nous ne savions rien des tumultes qui agitaient les océans où nous nous aventurions, ignorions tout des dangers qui jalonnaient les terres que nous découvrions, n’avions nulle conscience des périls qui hantaient les mondes que nous déchiffrions.

Tu m’aimais, je t’aimais. Cela nous suffisait pour affronter les difficultés du destin, installés sur le toit de monde. Cela nous suffisait pour surmonter les épreuves de la vie, portés par le bonheur infini d’être ensemble.
Par tous les temps, nous avancions dans la vie, insouciants, inconscients, indifférents aux paroles du poète qui avait dit :
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie le visage et l’on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie
L’autre qu’on devinait au détour d’un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit
Avec le temps tout s’évanouit

Nous avions oublié que le temps, implacable, finirait par faire son œuvre pernicieuse, par nous faire oublier le visage et la voix, par nous faire oublier nos cœurs qui battaient toujours. Tu étais là, mais la vie m’avait distrait de ta présence. Tu m’appelais, mais je n’entendais plus ta voix. Tu m’observais, mais je ne faisais plus attention à ton regard.
Les tempêtes s’abattaient les unes après les autres sur notre frêle esquif, lui faisaient prendre chaque fois un peu plus d’eau. Et lorsque le beau temps revenait, l’exaspérante habitude rabotait un peu plus les aspérités de notre amour, emportait quelques pans de plus de notre affection. Nous étions chaque jour pris dans le piège annoncé par le poète :

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n´est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants

Tu avais perdu le goût de l´eau
Et moi celui de la conquête

Et lorsqu’il m’avait semblé que nos rêves étaient à jamais étouffés par la banalité de la routine, et que la flamme de notre tendresse s’était définitivement évanouie, un matin, l’amazone qui sommeillait en toi se réveilla soudain, épousseta la poussière autour d’elle, détruisit les carcans du rituel. Dans un cri de détresse, tu brisas les chaînes de l’habitude, rompis avec les convenances, pris ton envol et fuis le monde de froide indifférence dans lequel notre barque avait échoué.
Et là, lorsque tu fus loin de moi, les paroles du poète résonnèrent :

De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime

J’avais réalisé que l’habitude obscurcit le regard, que le quotidien émousse les sensations, que l’on finit par prendre le donné d’un jour pour un acquis de toujours, par oublier que l’autre est un être avec des impressions, une âme avec des sensations, un compagnon avec des émotions. Des impressions, des sensations, des émotions qui, avec le temps, fondent insensiblement dans l’évanescence de l’inconscience.

Finalement, finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Oh, mon amour…
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime.

Ainsi parlèrent les poètes (1). Il faut bien du talent pour pouvoir apporter et prodiguer attention, affection, et soins à l’autre… aujourd’hui, demain, jour après jour, chaque jour, tous les jours, pour toujours… Tant que dure le voyage ensemble…, pour que dure le voyage ensemble…, jusqu’à la fin de la vie.
Le bonheur à deux n’est pas donné. Il faut constamment l’entretenir.
L’amour de l’autre n’est pas acquis. Il faut continuellement le conquérir.
______________
(1) Jacques Brel, Léo Ferré

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *