A dire vrai… Un bout de boulevard… à emporter

A dire vrai… Un bout de boulevard… à emporter

Si un jour je devais emporter avec moi un bout de Casablanca dans une île déserte, ce serait le boulevard Moulay Youssef, avec ses palmiers, ses vieilles villas rénovées, ses enseignes modernes et ses trottoirs qui invitent à la promenade. Je fermerai les yeux sur les horribles blocs placés devant le Consulat des États-Unis, qui défigurent le boulevard en occupant la moitié de la chaussée. Les quelques centaines de mètres laissés libres suffiront à mon bonheur de citadin qui rêve de retrait dans la quiétude de la campagne.
Ce jour-là, mon boulevard préféré est sens dessus dessous. Contenus par les forces de l’ordre, des manifestants déversent leur colère devant la légation américaine. Les slogans sont virulents, mais le rassemblement est pacifique. Je me fraie un chemin et pénètre dans le café adjacent au consulat où j’ai aperçu des amis, vieux activistes des droits humains. Je prends soin de m’offrir un point de vue panoramique sur l’extérieur.
– Depuis quand vous manifestez dans le confort d’un café ? dis-je, un brin taquin.
– Pour ne pas être associé à n’importe qui ! rétorque Hassan en tendant le menton vers le meeting. Oui pour exprimer notre dégoût devant ce film qui dénigre l’islam, mais pas n’importe comment. Surtout pas comme ailleurs dans le monde. Encore moins en tuant d’innocentes personnes !
– Ce n’est pas la première fois que l’on diabolise l’islam, réagit Said. Raison de plus pour montrer que c’est une religion d’amour, de paix et de tolérance. Sinon, on va tomber dans le piège tendu et dilapider le peu de respect acquis avec le printemps arabe.
Dehors, les slogans deviennent véhéments. L’atmosphère s’est tendue. Des clients quittent précipitamment le café. Issam intervient :
– Ce que les gens ne comprennent pas c’est que les États-Unis ne sont pour rien dans cette affaire.
– Qu’est-ce que tu veux dire par là ? dit Said en sursautant.
– Un de leurs citoyens a fait le film, pas les États-Unis, explique Issam. De plus, le Président et sa Secrétaire d’État ont condamné le film. Or, la liberté d’expression est un fondement constitutionnel du pays de l’Oncle Sam. Un citoyen s’exprime comme il l’entend. Nous nous battons bien pour ça ici, non ? Donc, il faut manifester contre l’andouille qui a fait le film, pas les États-Unis. Il faut savoir ce qu’on fait.
– Va expliquer ça aux gens, dit Hassan. À force d’être du mauvais côté de la barrière pour les causes des musulmans, ce pays s’est forgé une solide réputation d’ennemi. C’est gravé dans la tête des gens.
– Le comble c’est que l’auteur se fait passer pour Sam Bacile, un juif américano-israélien, dit Issam. En fait, il s’agit de Nakoula Basseley Nakoula, copte de 55 ans qui vit en Californie. C’est un escroc condamné plusieurs fois. On se demande si le film existe ou s’il n’y a que la vidéo d’un quart d’heure sur le Net.
– Quelqu’un a vu la vidéo ? demandé-je à mes amis.
– Une horreur technique, une histoire débile, répond Hassan. Aucun esprit sensé ne peut gober ce qui s’y raconte. C’est primaire. Ça ne vaut pas la peine qu’on s’enflamme pour cette sottise. Le mépris est la meilleure réponse. Et dire que cet idiot est en train d’embraser le monde ! Avec une simple crétinerie !
– Les acteurs affirment avoir été dupés, renchérit Issam. Ils se sont désolidarisés du film. Ils assurent que les propos insultants ont été ajoutés en post-production. En regardant bien la vidéo, on voit que les références au Prophète ont été rajoutées. Une des actrices, Cindy Lee Garcia, a déclaré que le script initial ne contenait aucune référence négative à l’islam.
– On va d’éruption en éruption, laisse tomber Said. On s’était réjoui des révolutions arabes, mais c’est en train de tourner en eau de boudin. Les peuples ne voient rien changer. À Benghazi, on tue le meilleur allié des Libyens, l’ambassadeur US. Ce film contre l’islam n’a pas fini de remuer des vagues. Le Moyen-Orient est sur le point de s’enflammer comme il ne l’a jamais été. Israël menace d’attaquer l’Iran. La crise syrienne déborde chez ses voisins. Le pire est à venir en Europe. L’Afrique a mal dans son ventre mou. Le Sahel est devenu le repaire d’aventuriers à la recherche du bon coup pour tout faire sauter. Mais où allons-nous donc ?
Je n’entends plus Said. Je prends congé de mes amis. Je saisis de moins en moins ce qui se passe dans ce monde. Plus que jamais, je rêve de me retirer dans mon coin de campagne… avec mon bout du boulevard Moulay Youssef.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *