Anas, Jihane, Soufiane, Sanaa, Driss, Oussama… et les autres

Anas, Jihane, Soufiane, Sanaa, Driss, Oussama… et les autres

Ils sont jeunes : certains ont 20 ans, les autres sont trentenaires, quelques-uns sont quadras et ils ont imprimé de leur marque l’année 2015. Avec constance, volonté et détermination – chacun dans son domaine de compétence – ils contribuent au progrès de notre société. 

Par une action, une chanson, un texte, une prise de position, une parole publique… ils œuvrent contre l’exclusion ou pour le vivre-ensemble, ils s’opposent à l’obscurantisme ou améliorent le sort de nos compatriotes les plus fragiles, ils donnent ses lettres de noblesse à la culture, aux arts ou encore combattent les faux tabous… bref ils nous «tirent vers le haut»!

Ils ou elles : c’est Anas Oulmidi, jeune étudiant en médecine, président de l’association Lueur d’Espoir, et il a été l’un des leaders du mouvement contre la réforme du statut de ces étudiants qu’il a su populariser ; c’est aussi Soufiane Badid, président de l’association Vent Nouveau qui a su insuffler le renouveau de la pratique associative chez les jeunes d’Essaouira, c’est encore Jihane Bougrine, talentueuse journaliste culturelle qui vient de sortir un magnifique CD de superbes chansons «Loon Bladi» et sera l’une des vedettes du tout nouveau Festival de Jazz sous l’Arganier.

Ce sont aussi des plumes comme celle de Driss Jaydane, notre plus brillant philosophe qui a ajouté une voix – la sienne – aux Matinales de Luxe Radio et éclaire nos réflexions, tout comme la jeune et courageuse Sanaa El Aji, qui par ses prises de position, son audace, s’oppose avec force aux tendances obscurantistes qui traversent notre société. Dans le même esprit il faut aussi citer Hicham Rouzzak – une voix qui monte, qui compte et comptera de plus en plus tant il sait faire passer des messages forts et décapants.

Je voudrais citer aussi Majda Saber et Majid Bennis, elle a été très active dans l’affaire des jeunes filles d’Inezgane et a beaucoup contribué à la mobilisation autour de cette triste affaire de jupe, quant à Majid il est à l’origine du groupe Facebook «Mon Pays, mon Sahara, mon Drapeau» qui a réussi le tour de force de réunir plus de 120.000 membres et fait (re)vivre de belle manière la fibre patriotique… Dans un autre ordre d’idées je veux rendre à César ce qui est à César et mettre à l’honneur le jeune infographiste Samir Chrouro qui est à l’origine du visuel de la commémoration de la Marche Verte, devenu un pin’s «Massira 40», fabriqué à plusieurs milliers d’exemplaires.

Nos compatriotes de l’étranger ont eux aussi beaucoup œuvré cette année, tels Aziz Lamrani et Nouria Zendafou Rezeg – de France – qui n’ont de cesse de promouvoir la région de l’Oriental marocain ou encore Hassan Mouhssin, en Belgique, qui a saisi l’idée du «Couscous de la Fraternité» contre le terrorisme pour en faire un superbe moment de partage à Bruxelles.

Je terminerais 2015 en pariant sur 2016 grâce à un jeune militant, Oussama El Bakkali, engagé à l’âge de 16 ans – l’âge de mon propre engagement – il en a 20 aujourd’hui, il a brillé lors du Forum des Jeunes Méditerranéens à Essaouira, je parie sur lui pour devenir un réel leader associatif en cette nouvelle année!
La relève, l’espoir !
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *